Télégrammes : Les Galaxy débloquent Windows 10, l’Inde réclame un rabais à Microsoft, Bouygues et Free tapent sur Orange, Le jailbreak est mort

AppsFibreMobilitéOperateursOSOS mobilesPoste de travailRégulationsRéseauxSmartphonesTablettes

Après son intervention devant le Congrès à Versailles, Emmanuel Macron peut se reposer en lisant les télégrammes du soir.

Les smartphones Samsung débloquent Windows 10. C’est une fonctionnalité originale pour plusieurs smartphones. Avec le lecteur d’empreinte digitale, il sera possible via l’application Flow de pouvoir débloquer un PC sous Windows 10. Le constructeur coréen étend cette fonctionnalité à plusieurs autres smartphones : Galaxy S7 et S7 Edge, S6, S6+ et S6 Edge, le Note 5, A7, A5 et A3 et la tablette Tab S3. En complément du déverrouillage, l’apps Flow permet de synchroniser des notifications des smartphones sur le PC. Auparavant, la firme limitait cette possibilité aux PC Samsung.

L’Inde réclame une ristourne à Microsoft. Face aux cyberattaques récentes, le gouvernement Indien aimerait bien moderniser le parc de PC sous Windows dans le pays, soit environ 50 millions de terminaux. Mais les édiles bloquent sur le prix des licences et ont discuté avec Microsoft pour obtenir un rabais afin de basculer sur Windows 10, jugé plus sécurisé. Selon chef de la cyber sécurité du gouvernement indien, un « accord de principe » aurait été trouvé avec les responsables de Microsoft Inde. Selon le dirigeant, il s’agirait d’un prix unique pour l’ensemble du pays. Sans rentrer dans le détail tarifaire, il a évoqué « moins d’un quart du prix actuel ». Windows 10 Home se vend actuellement 7,999 roupies (124 $), tandis que la version Pro du logiciel généralement utilisé par les grandes entreprises et les institutions coûte 14 999 roupies (232 $). La ristourne si elle est effectivement validée, créera un précédent et d’autres pays feront la même requête à l’éditeur.

Bouygues Telecom et Free veulent la fibre d’Orange. Alors que l’Arcep (le régulateur des télécoms) doit livrer dans quelques jours ses conclusions sur la consultation publique portant sur l’encadrement de la fibre d’Orange, Free et Bouygues Telecom en appellent au gouvernement pour demander le rééquilibrage du marché du FTTH (fibre optique à domicile). Dans une lettre envoyée le 30 juin au Premier ministre, ainsi qu’au président de l’Arcep Sébastien Soriano, et dévoilée par Les Echos, les deux opérateurs dénoncent, une fois encore, l’avantage concurrentiel que l’opérateur historique se réserve avec l’usage de ses fourreaux, les gaines qui permettent de faire passer les fibres dans les sous-sols des grandes villes. Les concurrents veulent de nouvelles obligations pour pouvoir accéder au réseau d’Orange, le principal opérateur à déployer du FTTH avec SFR. Ils réclament également une répartition plus équilibrée des zones de déploiement entre opérateurs. Aujourd’hui, Orange peut déployer en priorité dans 90% des villes de tailles moyenne contre 10% pour SFR qui se bat également pour un meilleur équilibre. De son côté, Orange se défend en dénonçant le manque d’investissement de ses concurrents qui souhaitent aujourd’hui profiter de ses infrastructures pour déployer leurs offres FTTH.

Jailbreaker son iPhone, une pratique obsolète. Le Jailbreak de l’iPhone est-il en voie de disparition ? C’est ce que pensent un certain nombre de développeurs historiques de solutions pour contourner les verrous d’iOS. Jay Freeman (alias Saurik), concepteur de Cydia, Nicholas Allegra (Comex), ou Luca Todesco (qwertyoruiop) ne recommandent plus aux utilisateurs de jailbreaker leurs terminaux. Pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’ils se sont eux-mêmes tournés vers le programme, beaucoup plus rémunérateur, de bug bounty qu’Apple a lancé l’année dernière, rapporte Motherboard. Ensuite, les dernières versions d’iOS ont fait preuve d’une plus large ouverture qu’à ses débuts via les nombreux SDK. Enfin, la plate-forme est aujourd’hui suffisamment riche pour pouvoir se passer des fonctions inédites (les « tweaks ») qu’apportaient les développeurs alternatifs. Et surtout, selon Jay Freeman, débloquer l’iPhone aujourd’hui pourrait se révéler dangereux pour ses utilisateurs alors qu’il est difficile de connaître les motivations des derniers hackers adeptes du jailbreak.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur