Télégrammes : OVH vise l’Inde, Risque d’élargissement de la fracture numérique, Facebook sous pression en Russie

CloudDatacentersFibreGestion des réseauxLegislationOperateursRégulationsRéseaux

Les télégrammes n’attendront pas la feuille de route de 10 ans de l’Union européenne pour se refonder tous les soirs.

Six nouveaux bureaux à l’international pour OVH. Après la vague d’un millier de recrutements en vu précédemment annoncée (lire ce télégramme), OVH poursuit son expansion à l’international. L’hébergeur de Roubaix annonce l’ouverture, d’ici les 12 prochains mois, de nouveaux bureaux en Irlande, Allemagne et en Inde. Des entités qui viendront compléter les ouvertures en novembre et décembre de nouveaux locaux à Nantes et Bordeaux en marge du deuxième campus roubaisien. L’objectif de cette diversification géographique est notamment d’acquérir des talents localement. « Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de réfléchir l’organisation en centralisant toutes les fonctions au sein du même site, c’est la force du modèle OVH  », justifie Antoine Tison, son directeur des ressources humaines. Après avoir recruté 600 personnes cette année, OVH compte aujourd’hui plus de 2000 collaborateurs dans 18 pays.

Des millions de foyers privés d’Internet de qualité en France. Selon une enquête de l’UFC-Que choisir, 7,5 millions de foyers français (soit plus de 11% des consommateurs) ne disposent pas d’un accès Internet de plus de 3 Mbit/s. Une exclusion qui frappe essentiellement les communes de moins de 1000 habitants. Paradoxalement, ce sont les villes les mieux loties en haut débit fixe qui bénéficient principalement des déploiements de la fibre optique à très haut débit (THD). Une situation qui élargit toujours plus la fracture numérique, estime l’association de consommateurs. Qui plus est, selon ses estimations, la couverture totale du territoire en THD n’est pas à espérer avant 2035 contre 2022 dans le plan France très haut débit (THD) du gouvernement (cependant en cours de réajustement par les services du gouvernement Macron). Pour l’UFC « il est indispensable que l’Etat cesse de faire du FttH le totem du très haut débit et qu’il consacre ses ressources financières à une réduction rapide de la fracture numérique en permettant à tous de bénéficier d’un Internet de qualité ». D’autant que l’association craint que le retard du déploiement des réseaux fibre n’entraine la hausse des prix des abonnements à cause de l’augmentation mécanique potentielle du coût des liaison cuivre ADSL dans les zones où le THD sera déployé pour pousser à son adoption. Selon l’étude de l’UFC, le coût d’accès à un accès Internet de base pourrait s’élever à 40 euros. « Un tiers de plus qu’aujourd’hui. » Pour tenter de contredire les conclusions de son étude, l’UFC demande à l’Arcep de mener une analyse sur les tarifs d’accès du fixe à long terme et au gouvernement d’orienter en priorité ses financements dans les réseaux de l’Internet fixe dans les zones aujourd’hui dépourvues d’un Internet de qualité et de ne pas y appliquer les hausses de coût du réseau ADSL.

Bras de fer entre Facebook et la Russie. Facebook va-t-il suivre le même chemin que Linkedin ? Selon la presse russe, l’accès aux services du réseau social pourrait être bloqué dans le pays si le site ne se met pas en conformité avec la loi nationale. A savoir stocker les données concernant les utilisateurs russes du réseau social sur le sol national. Une loi entrée en vigueur en septembre 2015 qui pèse sur les entreprises étrangères. « Dans tous les cas, soit nous appliquerons la loi en vigueur, soit la société cessera de fonctionner sur le territoire de la Fédération de Russie, comme cela a été le cas pour LinkedIn, a déclaré Alexander Zharov, directeur du régulateur Roskomnadzor. Il n’y a pas d’exceptions ici. » L’échéance est fixée à 2018.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur