Télégrammes : Parrot licencie, Google paye au fisc italien, Cloud hybride pour TDF, Data4 associé à InterCloud

CloudJuridiqueRégulations
0 6 Donnez votre avis

Alors que les amendes flambent à Paris pour le stationnement des voitures à Paris, rassurez-vous les télégrammes du soir restent gratuits.

Parrot va licencier. Le spécialiste du drone bat de l’aile et envisage de supprimer 290 postes dans cette activité comprenant 840 salariés. Ce plan d’action va coûter à Parrot 45 millions d’euros dont 20 pour dépréciation d’actifs. Déplorant des marges insuffisantes pour espérer une rentabilité y compris sur le long terme, le groupe présidé par Henri Seydoux va « adapter » son offre et enclencher « une phase de réduction des coûts ». Les licenciements dont la moitié en France doivent permettre d’atteindre, en 2017, une croissance annuelle d’environ 10 % sur le segment drones… et surtout de parvenir à l’équilibre au niveau des résultats du groupe, précise ITespresso.

Fraude fiscale : Google va payer… en Italie. Sous le coup d’une enquête du fisc italien, qui vise le non-paiement de taxes entre 2009 et 2013, Google aurait adressé à l’administration transalpine une proposition de versement de 270 à 280 millions d’euros afin de passer l’éponge. L’enquête du fisc italien, ouverte il y a un an contre les représentants légaux de l’entreprise américaine dans la péninsule et en Irlande, concerne l’impôt sur les sociétés. La justice italienne soupçonne Google d’avoir détourné 800 millions d’euros de sa filiale vers sa base européenne et d’avoir ainsi éludé 95 millions d’impôts. En France, Google est accusé des mêmes pratiques. Mountain View, qui n’a versé que 6,7 millions d’euros d’impôt sur les sociétés dans l’Hexagone en 2015, a reçu en mai dernier la visite d’une centaine de fonctionnaires du fisc et de la brigade de répression de la grande délinquance financière (BRGDF), suite à une plainte déposée par Bercy en juin 2015 pour « fraude fiscale aggravée » et « blanchiment en bande organisée ».

DATA4 accélère dans le multi Cloud. L’exploitant de datacenters DATA4 vient d’adopter la plate-forme d’InterCloud. Cette solution permettra à DATA4 de relier ses datacenters entre eux par un réseau Ethernet totalement redondé afin de proposer un seul et unique centre de calcul virtuel. De plus, le partenariat avec InterCloud ouvre l’accès à plus d’une centaine de fournisseurs de Cloud public IaaS, PaaS, SaaS (AWS, Azure, Office 365, IBM Softlayer, Google Cloud, VMWare VCloud Air, Salesforce…) sans passer par l’Internet. L’accès s’opère directement depuis les infrastructures de DATA4 et permet ainsi de basculer « en quelques clics » d’un Cloud public à l’autre. En outre, les clients bénéficient des accès sécurisés aux grands centres d’échanges Internet (peering) dont France-IX, Ams-IX, MIX, DecIX, LINX, LU-CIX.

Cloud hybride chez TDF. Fort de l’adoption croissante du Cloud hybride (qui sera utilisé par 70% des utilisateurs de services Cloud en 2018 selon IDC), TDF entend répondre à la demande et renforcer son positionnement sur les services télécom. L’opérateur d’infrastructure, notamment en direction des diffuseurs audiovisuels, profite de ses 5000 km de fibre optique pour exploiter 4 datacenters de proximité, un centre de supervision et des offres Cloud. Fort de cette capacité, le groupe propose aujourd’hui TDF Cloud Connect, une offre de service de Cloud hybride qui vise à relier les Cloud privés aux Cloud publics. La solution permettra ainsi aux clients d’héberger leurs données sensibles dans les datacenters de TDF à Bordeaux, Lille, Rennes et Aix-Marseille pour leur Cloud privé et d’accéder aux services de plus de 110 fournisseurs de Cloud public (AWS, Office365, Microsoft Azure, Salesforce…). Pour se distinguer, TDF met en avant la présence d’un interlocuteur unique pour l’hébergement privé et la sécurisation de la connectivité ainsi que la possibilité de basculer facilement d’un Cloud public à un autre. Une offre qui pourrait séduire nombre de clients média de TDF.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur