Télégrammes : Priv pas le dernier BlackBerry, AMD manque de cœurs, Verizon se déleste, Do Not Track sans avenir

ComposantsMobilitéOperateursRéseauxSécuritéSmartphones
1 1 Donnez votre avis

A l’inverse de l’athlétisme russe, les télégrammes du soir n’ont pas besoin de dopage pour rester vaillants.

  • BlackBerry prévoit d’autres smartphones. Si certains voyaient déjà dans le Priv, mobile sous Android, le chant du cygne du fabricant canadien, ils font erreur. John Chen, CEO de BlackBerry, a indiqué dans une interview à la Fox que le Priv n’était qu’une étape. Ce smartphone a été lancé officiellement la semaine dernière sur le marché américain au prix de 700 dollars. Un prix qui pourrait être un handicap pour un mobile avec clavier. John Chen veut laisser du temps pour tester le marché à une demande sur la plateforme Android. Il a précisé que d’autres smartphones BlackBerry seraient lancés, mais il s’est bien gardé de dire à quel échéance et sur quelle plateforme. Une aventure sous Windows 10 mobile ?
  • AMD a-t-il menti sur le nombre de cœurs dans Bulldozer ? Une action de groupe contre le fondeur américain estime que le processeur Bulldozer ne pouvait pas accueillir un maximum de 8 cœurs comme indiqué par le marketing de la firme. La question pour le tribunal va être de comprendre comment fonctionnent les cœurs de Bulldozer. En effet, AMD couple deux cœurs au sein d’un module. Le problème est que ces deux cœurs ne peuvent pas travailler indépendamment du module. D’où la plainte déposée par certains utilisateurs qui estiment que Bulldozer ne marche qu’avec 4 cœurs (donc 4 modules) et non 8 cœurs capables de traiter 8 instructions simultanément.
  • Verizon veut vendre sa branche entreprise. Selon Reuters, l’opérateur américain Verizon étudie la vente de sa division entreprise, qui pourrait lui rapporter jusqu’à 10 milliards de dollars. Les sources anonymes interrogées par nos confrères indiquent que la cession concernerait MCI (services Internet pour grandes entreprises, racheté en 2006) et Terremark (datacenters, racheté en 2011). En février dernier, Verizon s’était déjà débarrassé d’autres actifs jugés non stratégiques et en avait retiré plus de 15 milliards de dollars. En Europe, où il n’est pas présent auprès du grand public, Verizon cible les entreprises, particulièrement les grandes. Installé depuis plus de 30 ans en France, l’opérateur y a notamment noué un partenariat avec SFR (autour des solutions de réseaux privés virtuels IP sur MPLS).
  • Do Not Track, standard en voie de disparition. La FCC, le régulateur américain, vient de donner le coup de grâce au « Do Not Track ». A l’origine, en 2012, ce standard permet à l’internaute d’indiquer au site qu’il visite qu’il ne souhaite pas être suivi à la trace à des fins publicitaires. Un système que les groupes Internet comme Yahoo, Google ou Facebook et Apple, prennent grand soin de contourner. Ce qui a poussé Consumer Watchdogs à saisir la FCC sur la question. Laquelle vient de rejeter la demande de sanction de l’association de consommateurs en justifiant son rôle de régulateur des télécommunications mais pas d’Internet. Un rejet qui laisse peu de chance de survie à l’application du standard Do Not Track à l’avenir. Les utilisateurs soucieux de discrétion pourront se tourner vers le navigateur Firefox dont la version 42 propose une fonction anti-tracking.
Crédit Photo : Juefraphoto-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur