Télégrammes : Twitter licencie ; 700 MHz en vente ; une Symphony à 100 M$ ; Premium chez SFR Business

CollaborationLogicielsMobilitéOperateursRégulationsRéseaux
1 1 Donnez votre avis

A l’heure où les chaussées photovoltaïques font leur premiers pas commerciaux, les télégrammes du soir continuent de tracer leur route.

  • Twitter sacrifie ses ingénieurs. Le réseau social Twitter, qui emploie 4 100 personnes au dernier pointage, va remercier jusqu’à 336 collaborateurs, soit environ 8,2 % de sa masse salariale. Jack Dorsey, le Pdg, a communiqué la nouvelle à ses équipes dans un e-mail daté du 13 octobre qu’il a également transmis à la SEC (le gendarme des marchés financiers aux États-Unis). Jack Dorsey avait déjà remanié les équipes produit au mois d’août. Cette fois, ce sont essentiellement les ingénieurs qui sont affectés. Des équipes « bien trop grandes » par rapport aux besoins réels de Twitter, à en croire les sources « proches du dossier » que nos confrères de Re/code ont interrogées la semaine dernière. Il est vrai que l’entreprise comptait encore moins de 2 000 collaborateurs il y a deux ans, juste avant son IPO.
  • 700 MHz : démarrage des enchères le 16 novembre. l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a fixé au 16 novembre prochain l’ouverture des enchères pour l’attribution des fréquences 700 MHz. Les quatre opérateurs français ont postulé. Ils devront se partager 6 lots de 2×5 MHz à travers un modèle d’enchères ascendantes avec un prix de réserve de 416 millions d’euros par lot. L’Etat est ainsi quasiment assuré de percevoir près de 2,5 milliards d’euros de recettes. Ce mécanisme par enchère vise à assurer l’attribution d’au moins une bande de fréquence des nouvelles ressources hertziennes à chacun des candidats. Ces derniers ne pourront pas cumuler plus de 3 blocs (15 MHz) et pas plus de 30 MHz de largeur de bande basse (700, 800 et 900 MHz). La durée des enchères, à plusieurs tours, reste indéterminée. Mais l’attribution finale des fréquences est attendue pour décembre.
  • Symphony orchestre une levée de 100 M$. Une start-up américaine, dirigée par un Français qui plus est, qui lève 100 millions de dollars, ce n’est pas si fréquent. C’est pourtant ce que vient de réaliser Symphony Communication Services. Cette entreprise californienne développe une solution de communication sécurisée pour la gestion centralisée des workflows en entreprise, expliquent nos confrères d’ITespresso.fr. La levée de fonds suit un précédent tour de table à 66 millions. Symphony entend se distinguer par « une méthode de communication plus sûre et plus productive pour les particuliers, les équipes et les entreprises », indique David Gurle, fondateur de l’entreprise en octobre 2014. Une méthode qui a notamment séduit Google, qui figure parmi la quinzaine d’investisseurs.
  • SFR fait évoluer son offre entreprise. SFR Business, la branche entreprise de Numericable-SFR, annonce une solution « simple d’installation » pour optimiser la réception mobile indoor sur des espaces de 100 à 4000 m2. Une solution de communication 3G, probablement basée sur des femtocell ou small cell (l’opérateur ne l’indique pas précisément), qui autorise jusqu’à 120 communications simultanées. Autre annonce, une offre de service VIP premium en direction des dirigeants et décideurs. Facturé 45 euros/ligne/mois, le service assure un support 24h/24 et 7j/7 et une assurance de remplacement du terminal mobile. SFR lance également une ligne de terminaux durcis en direction des agents de terrain à partir de 5 euros. Enfin, à l’occasion de ces annonces, on apprend que Numericable-SFR couvre aujourd’hui 58 % de la population en 4G, taux qui devait atteindre les 70 % pour la fin de l’année. Objectif de l’opérateur : fournir le très haut débit mobile à 90 % des Français en 2017.
Crédit Photo : Juefraphoto-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur