Télégrammes : Windows 7 indétrônable, AMD installe ses Ryzen dans des PC Pro, Adieu cabines téléphoniques

ComposantsMobilitéOperateursOSPoste de travailRéseauxSmartphones

Moins orageux que l’ouragan Irma qui risque de balayer les Antilles, voici les télégrammes du soir.

Windows 7 indétrônable. L’approche de Windows 10 Fall Creators Update le 17 octobre prochain n’a pas l’air de pousser les utilisateurs à migrer de version. Selon NetMarketShare, Windows 7 reste l’indéboulonnable OS Windows le plus utilisé avec 48,43% du marché des systèmes desktop au 1er septembre. A peine moins que les 48,91% du 1er août. Un léger recul dont profite néanmoins directement Windows 10 qui gagne 0,33 point à 27,99% du marché. Si le nouvel environnement de Redmond progresse, c’est à un rythme particulièrement lent. Windows 7 semble parti pour suivre les traces de Windows XP qui reste vaillant plus de 3 ans après la fin de son support. A 6,07%, l’OS phare des années 2000 se maintient encore et toujours, et arrive à égalité avec Windows 8.1 dont l’abandon est beaucoup plus rapide.

AMD livre les versions Pro de ses Ryzen. Alors qu’AMD se refait une santé avec le succès de ses processeurs Ryzen dans les PC de bureau, le constructeur de Sunnyvale pourrait enfoncer le clou avec leurs versions professionnelles destinées aux stations de travail aux performances soutenues. AMD vient en effet d’annoncer que trois constructeurs, HP, Dell et Lenovo, s’apprêtent à commercialiser des machines – EliteDesk 705, Optiplex 5055 et ThinkCenter M715 et les portables ThinkPad A475 et A275 respectivement – dotées des Ryzen 7 Pro. Si la configuration matérielle avec les Ryzen 7 changent peu, AMD fait la différence sur le support avec une meilleure sécurisation du composant par contrôle du firmware et chiffrement de la RAM. Les administrateurs pourront gérer plus simplement leur parc de machine grâce à la norme DASH embarquée. Il ne reste plus qu’à attendre la réponse du marché pour savoir si AMD réintégrera durablement le marché de l’entreprise.

Disparition définitive des cabines téléphoniques. Cette fois, c’est la fin. Les cabines téléphoniques vont disparaitre du paysage français. Orange entend toutes les retirer avant la fin de l’année. Les enlèvements seront opérés par Veolia qui s’occupera du recyclage des matériaux. Cette disparition constitue la suite logique d’une tendance qui avait rendu les publiphones obsolète avec l’arrivée des téléphones mobiles dans les années 90. Si l’opérateur était jusqu’alors obligé d’en maintenir un certain nombre (quelque 46 000 contre près de 300 000 auparavant) au nom du service universel, la loi Macron de 2015 avait mis fin à cette obligation. Un allègement réglementaire qui devrait permettre à Orange d’économiser 10 millions d’euros d’entretien par an alors que les 10 000 cabines publiques encore activées ne rapportent quasiment plus rien.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur