Télégrammes : Xavier perturbe Play Store, Un Sequana au Genci, Telegram résiste aux backdoors, Palo Alto Networks investit

AppsCloudDatacentersMalwaresMobilitéOS mobilesPolitique de sécuritéSécuritéServeurs

Après avoir souhaité un bon rétablissement à NKM, il est temps de lire les télégrammes du soir.

Le malware Xavier infecte 800 applications du Play Store. Depuis 2016, Android Play est victime d’un malware, Xavier. Jusqu’alors fort discret, la bestiole a réussi à infecter pas moins de 800 applications du magasin applicatif de l’OS mobile de Google, rapporte Trend Micro. Certaines ont été téléchargées jusqu’à 500 000 fois. Il s’agit de « petits » utilitaire comme des lecteurs PDF, des optimiseurs de mémoire, des économiseurs de batterie, de la retouche photo… C’est sa diffusion à travers une API de code publicitaire qui expliquerait sa large diffusion. Xavier est capable de récupérer les informations personnelles des victimes comme les adresses e-mail, l’identifiant unique du téléphone, l’opérateur, les applications installées, etc. Autant de données ouvrant la voie à des campagnes de phishing. Mais surtout, Xavier serait capable de télécharger et installer du code sur le terminal de la victime afin d’en prendre le contrôle. Google a commencé le nettoyage. Mais seules 75 applications ont été retirées de son Store pour l’heure. Méfiance, donc.

Atos livre un supercalculateur Sequana au GENCI. La SSII annonce la signature d’un contrat avec le GENCI (Grand Équipement National de Calcul Intensif) pour livrer d’ici à la fin 2017 un supercalculateur Sequana. Cet équipement a été dévoilé en avril 2016 par Thierry Breton, PDG d’Atos et sous la bienveillance d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie. Le Sequana, livré au GENCI, revendique une puissance de 9 petaflops, soit 9 millions de milliards d’opérations par seconde. Ce nouveau supercalculateur sera mis à disposition des chercheurs français et européens pour les accompagner dans des domaines académiques et industriels nécessitant une très grande puissance de calcul et de traitement de données. Le Sequana est le vecteur d’Atos pour atteindre d’ici 2020 la puissance exaflopique.

Le fondateur de Telegram soudoyé pour installer des backdoors. Pavel Durov n’a pas la langue dans sa poche et vient d’expliquer sur Twitter sa mésaventure lors d’un voyage aux Etats-Unis l’année dernière. Des agences américaines ont approché des développeurs de la messagerie pour leur proposer de l’argent en échange de placer des portes dérobées dans la messagerie sécurisée. Il fait état également de pression du FBI à son encontre. Il en profite pour balancer sur son concurrent le plus direct, Signal, qui selon lui voit son chiffrement financé par les Etats-Unis. Pavel Durov prédit que dans les 5 prochaines années, on découvrira une backdoor dans le protocole de Signal, utilisé par ailleurs par WhatsApp et Facebook Messenger.

Palo Alto ouvre un fonds de capital-risque dédié à la sécurité. C’est bien connu, la sécurité n’a pas de prix. Ou plutôt si. Et il est de 20 millions de dollars chez Palo Alto Networks. C’est la somme qui constitue le fonds de capital-risque dédié à la sécurité que le spécialiste de la sécurisation des réseaux vient d’annoncer. Ce fonds permettra de donner un coup de pouce aux éditeurs de solution de sécurité en phase d’amorçage qui souhaitent déployer leurs solutions sur la plate-forme Cloud de Palo Alto et un nouveau framework applicatif. Cette plate-forme permet aux clients d’accéder plus rapidement à de nouvelles fonctionnalités de sécurité avant de les adopter mais aussi de les activer auprès des prestataires selon l’évolution de leurs besoins. Pour animer le fonds, Palo Alto prévoit de collaborer avec Greylock Partners et Sequoia Capital en vue de recenser et d’évaluer des applications de sécurité innovantes, susceptibles de faire l’objet d’un co-investissement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur