Telegr@mmes : Windows 10 gratuit ?, Antennes iPhone, piratage OPM, tatouages

Big DataCyberguerreData & StockageDatavizLogicielsMobilitéSécuritéSmartphones
1 0 Donnez votre avis

A l’écart de la consolidation du secteur des télécoms en France, le monde continue de tourner. Voici les télégr@ammes du soir de la rédaction de Silicon.fr.

  • Gratuit ou pas gratuit ? La communication de Microsoft sur sa politique en direction des bêta-testeurs est loin d’être claire. Après avoir annoncé par voie de blog qu’il suffisait à ces derniers de lier leur système à leur compte Microsoft (MSA) pour bénéficier de Windows 10 dans le cadre du Windows Insider Program, l’auteur du billet a mis à jour son post pour préciser que seuls les détenteurs d’une version de Windows 7 ou 8 valide (Genuine) pourront passer gratuitement à Windows 10. Comme pour les non bêta-testeurs, donc ?
  • Apple veut fondre les antennes de l’iPhone dans la coque. Le constructeur de Cupertino a déposé un brevet sur un matériau composite proche de l’aluminium brossé qui permettrait de laisser passer les ondes cellulaires. Sur l’iPhone 6, les antennes sont dissimulées derrière une bande en plastique. Trop inesthétique aux yeux d’Apple qui veut visiblement pouvoir présenter une coque homogène pour son smartphone fétiche. Si Cupertino met en œuvre son brevet, l’iPad pourrait donc également en profiter.
  • L’attaque qui a frappé l’administration US chargée de la gestion des agents du gouvernement fédéral (OPM – Office of Personnel Management) début juin pourrait être plus importante que prévue. Les enquêteurs ont découvert qu’une deuxième attaque, toujours attribuée à la Chine, avait permis l’accès à de nouvelles informations sensibles sur le personnel militaire et la communauté du renseignement aux Etats-Unis. Au total, ce ne serait pas 4 millions de dossiers de fonctionnaires américains qui seraient tombés entre les mains des pirates… mais plutôt 14 millions.
  • De plus en plus prisé des occidentaux en général et des Américains en particuliers, le tatouage peut s’inscrire comme un élément d’identification pour ceux qui les portent. C’est du moins l’analyse du très sérieux National Institute of Standards and Technology (NIST) qui lance le Recognition Technology Challenge Worksop, un concours pour développer des technologies de reconnaissance automatique des dessins gravés sur la peau à partir d’une image. Objectif : utiliser les technologies de Machine Learning pour accélérer la reconnaissance des criminels ou de leurs victimes.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur