Thomas-Krenn, tailleur de serveurs sous les auspices de Suse

CloudData & StockageEditeurs de logicielsLogicielsOpen SourceProjetsServeursStockage
Thomas-Krenn.AG
3 5 Donnez votre avis

Être partenaire SUSE, c’est possible même sans s’appeler HP, IBM ou Dell. Le constructeur Thomas-Krenn.AG livre ainsi des serveurs SUSE.

Thomas-Krenn.AG est un acteur montant du paysage IT allemand, avec des activités comme la vente de hardware, de solutions logicielles, l’hébergement de serveurs ou encore le conseil en infrastructures.

Inconnue dans l’Hexagone, où elle ne vend pas (encore) ses produits, la société est un partenaire de SUSE et propose des serveurs SLES et des appliances SUSE Enterprise Storage 2 (voir à ce propos notre article « Stockage : SUSE dégaine une offre SDS iSCSI sur base Ceph »).

Thomas-Krenn.AG serveursL’occasion de nous rapprocher des responsables de la société. Thomas-Krenn a été créé en 2003, avec comme activité première l’assemblage et la vente de serveurs sur mesure, réalisés suivant les besoins des clients, avec un modèle web ‘à la Dell’ et des délais de livraison courts. Une offre faite par et pour les spécialistes du monde IT.

La société a distribué du support SUSE pratiquement dès ses débuts, mais avec un succès mitigé, malgré la vente de serveurs certifiés. « Nous livrons nos machines par défaut avec Ubuntu, qui nous sert de suite de test, mais difficile de savoir ce que nos clients en font par la suite ». Ubuntu, ce FreeDOS des temps modernes, est là pour montrer que tout est fonctionnel. Il est toutefois souvent remplacé par la suite par une licence de Windows Server, RHEL ou SLES, suivant le contrat qui lie le client à ces éditeurs.

Les appliances, une chance pour SUSE ?

Ceci devrait toutefois changer avec le stockage, car Thomas-Krenn vend ici des appliances clés en main, qui sont bien évidemment pourvues par défaut de SUSE Enterprise Storage 2. Trois offres sur base Xeon sont proposées en standard : un mix SSD + HDD, une mouture haute capacité (tout HDD) et une autre de hautes performances (tout SSD). La société nous explique que dans la plupart des cas, les clients n’optent pas directement pour une de ces offres. « C’est un point de départ dans la discussion visant à cibler leurs besoins. »

Et le travail avec SUSE ? L’éditeur nous a confirmé accepter la mise en place de partenariats même avec les constructeurs et assembleurs les plus modestes (Thomas-Krenn compte environ 150 salariés). Thomas-Krenn explique pour sa part qu’ils « sont restés proches de nous pendant toute la phase de test de cette nouvelle offre orientée stockage. Ils nous aident dans tous les domaines, de la technique aux ventes. »

À lire aussi :
Quiz Silicon.fr – Savez-vous tout de l’histoire de SUSE ?
SUSECon 2015 : SUSE à l’heure des serveurs ARM 64 bits
SUSECon 2015 : SUSE et SAP rapprochent Cloud Foundry d’OpenStack


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur