Timide retour à la croissance pour le secteur des télécoms français

4GFibreM2MMobilitéOperateursRégulationsRéseaux

Après 6 années de baisse, les revenus des opérateurs ont connu une croissance de 0,5% au 4e trimestre 2016. Modeste mais bien réelle.

Après six années de déclin, le secteur des télécoms mobile a redressé la tête en 2016. Au quatrième trimestre, les opérateurs ont généré 9,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires (dont 8,1 milliards pour les seuls services réseau). Soit une augmentation, certes modeste mais bien réelle, de 0,5% par rapport à la même période en 2015. Ces chiffres tirés du dernier Observatoire des marchés en date de l’Arcep viennent confirmer les résultats annuels publiés par les opérateurs nationaux qui ont tous dégagés des bénéfices, à l’exception de SFR qui a néanmoins réduit ses pertes.

Cette réjouissante tendance à la hausse est essentiellement due à la bonne progression des services mobiles. Alors que, sous le coup de la concurrence effrénée que se menait les quatre opérateurs nationaux depuis l’arrivée de Free sur le marché mobile en 2012 les revenus mobiles déclinaient de trimestre en trimestre, ils marquent au dernier une progression annuelle de 1,8% à près de 3,6 milliards d’euros. Les services fixes n’en restent pas moins la locomotive du secteur. Laquelle, à près de 4,25 milliards, subit néanmoins un léger ralentissement (-0,1%) après deux années de quasi stabilité et malgré la croissance du très haut débit (THD) fixe. A 2,8 milliards d’euros pour l’année, celle-ci a doublé en un an et affiche une croissance de 3% sur le trimestre.

32 millions de cartes 4G

En un an, 1,2 million de nouveaux foyers se sont raccordés en FTTH (fibre optique à domicile) ou FTTB (fibre jusqu’en pied d’immeuble et terminée par du câble) pour un total de 5,4 millions fin 2016 (dont 2,2 millions en FTTH et 6 sur 10 avec un débit supérieur à 100 Mbit/s). Au total, 27,7 millions de logements disposent d’un accès Internet (essentiellement ADSL) dont 19,4 millions avec des débits suffisants pour recevoir la télévision. Un marché qui reste en hausse, de 0,8% annuellement, mais tend à se tasser (elle était de 0,9% en 2015 et 1% en 2014).

Arcep marché fixe 2016Q4

La hausse reste bien plus prononcée sur les services mobiles : de 4,2 millions et 9,8 millions pour les utilisateurs de réseaux 3G et 4G respectivement. Fin 2016, le THD mobile était utilisé pas 31,9 millions de clients, soit 44% des 73 millions de cartes SIM en service (hors M2M) dont le nombre progresse également de 1,2% sur l’année (860 000 nouvelles cartes). En moyenne, les utilisateurs des services 3G ou 4G consomment moins de 2,5 Go de données par mois par compte. On est encore loin des besoins offerts par les forfaits data illimitée chez Free ou à 100 Go chez SFR Red. Mais l’offre ne pourra que continuer à accentuer la hausse de la consommation de data qui a progressé de 83% sur 12 mois. Sur le trimestre, 330 000 téraoctets de données ont été consommées.

Arcep marché mobile 2016Q4

Premier recul historique des SMS

La facture mensuelle moyenne par utilisateur s’élève à 16,30 euros HT. Elle progresse de 10 centimes alors qu’en 10 ans, elle a quasiment été divisée par deux. La facture mensuelle moyenne des clients disposant d’un forfait s’élève à 18,3 euros tandis que les dépenses sur les cartes prépayées se limitent à 5,8 euros. Encouragées par les communications illimitées et la data en volume, les offres forfaitaires assurent la croissance du secteur avec 2 millions de nouvelles SIM distribuées en un an compensant largement le recul de 1,1 million de cartes prépayées sur la période. Notons que l’activité M2M retrouve des couleurs avec 11,7 millions de SIM réservées à connecter les objets (en hausse de 11,1% en un an) pour un revenu de 27 millions d’euros (+6,8%). En revanche, pour la première fois, le nombre de SMS envoyés a baissé. Il est tombé à 49,2 milliards de messages sur le trimestre, soit un recul notable de 4,7% en un an.

Les résultats du quatrième trimestre sont donc encourageant pour la stabilité du secteur même si celle-ci reste fragile (les opérateurs devront notamment compenser la perte des revenus issus du roaming qui prendra fin en Europe à partir du 15 juin prochain, l’itinérance dans le monde ayant généré près de 200 millions d’euros de revenus au dernier trimestre). Mais les opérateurs ont maintenu ou repris les investissements dans les réseaux mobiles et fixes qui se poursuivent avec le déploiement du THD. Surtout, ces résultats prouvent qu’un marché des télécoms à quatre acteurs est viable en France malgré la récurrence des rumeurs sur une nouvelle consolidation en vue.


Lire également
Plus de 2 millions d’abonnés à la fibre optique en France
Le marché mobile frôle les 73 millions de cartes SIM en France
L’Arcep inaugure la cartographie enrichie de la couverture mobile

crédit photo © Yuri Arcurs – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur