La transformation digitale jugée secondaire pour les chefs d’entreprise

DSIPoste de travailProjets
4 169 Donnez votre avis

Les dirigeants d’entreprise sont encore peu nombreux à considérer comme stratégique ou essentielle la transformation des organisations par les technologies et les usages du numérique.

C’est le constat d’un sondage sur la transition numérique mené par l’Observatoire social de l’entreprise du Centre d’études supérieures industrielles (CESI), en partenariat avec Ipsos et le Figaro. Les chefs d’entreprise qui jugent stratégique la transformation des organisations par les technologies et les usages du numérique sont encore minoritaires.

Le sondage a été mené auprès de 500 dirigeants et 1 000 salariés en France. Du côté des chefs d’entreprise, les plus nombreux (38 %) pensent que la transition numérique au sein de leur société est un sujet « secondaire ». En revanche, 31 % estiment le sujet « important », mais pas essentiel. Seuls 30 % le considèrent comme « essentiel » (17 %) ou « stratégique » (13 %). Ce taux variant de 29 % (dans les entreprises de 1 à 9 salariés) à 69 % (dans les entreprises de 250 salariés et plus).

Globalement, 54 % des dirigeants d’entreprise pensent que la transition numérique a eu des conséquences importantes sur le niveau d’exigence de leurs clients. Une majorité le pense également pour la stratégie de relation clients (52 %) et la concurrence entre entreprises (51 %). Ces taux sont supérieurs d’au moins 10 points dans les entreprises de 250 salariés et plus. Des salariés souvent moins résistants au changement que leur hiérarchie…

Plus d’efficacité et plus de stress

Comme l’a déjà révélé une étude Capgemini/TNS Sofres de 2014, les salariés sont plus susceptibles que les chefs d’entreprise de considérer la transition numérique comme une priorité. Ainsi, selon l’Observatoire social de l’entreprise, 52 % des salariés jugent la transition numérique essentielle (31 %) ou stratégique (21 %) pour leur organisation. Ce taux atteint 71 % chez les cadres, mais il plafonne à 42 % chez les ouvriers. Tous statuts confondus, 27 % des salariés pensent que cette transition est importante, alors que 21 % estiment qu’il s’agit d’un sujet secondaire.

Pour 59 % des salariés, la transition numérique a eu un impact positif sur leur manière de travailler ces 5 dernières années. Le secteur d’activité de leur entreprise (pour 58 %) et l’activité commerciale (57 %) ont également été positivement impactés par cette transition. Une moitié le pense aussi pour le bien-être au travail, mais 22 % estiment que son impact a été négatif sur ce plan.

59 % jugent, enfin, que leur niveau d’efficacité a augmenté grâce au deploiement d’outils numériques dans leur entreprise, mais ils sont également 36 % à juger l’impact négatif sur leur niveau de stress.

Lire aussi :

Pour un DSI sur deux, les budgets digitalisation vont augmenter
L’entreprise numérique n’est pas encore sans papier
Les DSI sont-ils plus rétrogrades en France qu’ailleurs ?


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur