Le très haut débit va crescendo ma non troppo en France

FibreOperateursRéseaux
7 37 Donnez votre avis

Le ralentissement de l’adoption du très haut débit empêche la France d’atteindre les 4 millions de foyers raccordés au deuxième trimestre.

2015 confirme son statut d’année du véritable décollage du très haut débit fixe en France. Alors que le premier trimestre a été marqué par le franchissement du symbolique million de foyers raccordés en fibre optique, le second trimestre se dirige vers les 4 millions d’abonnements très haut débit (THD). Sur le seul trimestre, pas moins de 281 000 nouveaux abonnements THD ont été souscrits pour atteindre les 3,8 millions de logements bénéficiant de liaisons supérieures à 30 Mbit/s de bande passante sur terminaison optique (FTTH), câble (FTTB) ou, dans certains cas, en VDSL2. Néanmoins, ce volume affiche un net ralentissement par rapport aux 446 000 du premier trimestre et aux 616 000 du quatrième trimestre 2014. Une tendance inquiétante même si, en un an, le THD en France a généré 1,5 million d’abonnements.

Plus de 1,13 million d’abonnements en fibre optique

Les abonnements THD se répartissent entre les offres FTTH d’Orange, SFR (Numericable-SFR), Bouygues Telecom et Free (et d’autres opérateurs régionaux) à hauteur de 1,13 million de foyers (plus de 100 000 en plus sur le trimestre) et cuivre (coaxial notamment) de Numericable (principalement) pour 2,7 millions. Sur les 3,8 millions de liaisons THD actives, 1,69 million le sont à moins de 100 Mbit/s (mais plus de 30 Mbit/s), selon l’observatoire des marchés que vient de publier l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

arcep thd 15q2

Sans surprise, les abonnements haut débit (ADSL essentiellement) poursuivent leur régression amorcée fin 2014. Ils passent de 22,61 millions au premier trimestre à 22,43 millions au 30 juin 2015. Malgré ce phénomène de vases communicants entre les abonnements haut et très haut débit, le marché progresse dans son ensemble. A près de 26,27 millions de foyer bénéficiant d’un accès Internet rapide, le marché bénéficie d’une croissance annuelle de 3,4% et de 90 000 nouveaux abonnements sur le trimestre.

Près de 14 millions de logements éligibles au très haut débit

Le potentiel de déploiement du très haut débit reste énorme puisque le nombre d’abonnements THD représente « seulement » 28% du nombre total des logements éligibles. Le taux progresse d’1 point en un trimestre et de 7 d’une année sur l’autre. Près de 14 millions de logements et locaux commerciaux sont prêts à recevoir le très haut débit (sur un total de 30,4 millions de lignes téléphoniques cuivre), dont 8,6 millions à plus de 100 Mbit/s et 5,1 millions en VDSL2. L’essentiel du potentiel est porté par le câble (en FTTLA et HFC) avec près de 6,5 millions de foyers éligibles contre plus de 4,7 millions en FTTH. La croissance de 16% annuelle de l’offre câble à plus de 100 Mbit/s tempère le repli de 21% des abonnements entre 30 et 100 Mbit/s du fait de la modernisation (passage en Docsis 3) du réseau de Numericable. Le parc optique de bout en bout progresse pour sa part de 39% sur l’année. A noter que 8,4 millions de logements (soit 62%) éligibles au THD sont situés en dehors des zones très denses. Signalons également que certains logements peuvent bénéficier de deux, voire trois, technologies THD (FTTH, FTTB/LA et VDSL2) simultanément. Mais l’Arcep n’en précise pas le nombre.

L’ offre FTTH bénéficie notamment de la progression de la mutualisation des réseaux optiques. 3,2 millions de logements éligibles au FTTH le sont à travers le partage des infrastructures (soit plus de 67% des foyers). Une hausse de 62% sur l’année bien supérieure aux 39% de progression du FTTH dans son ensemble. Près de 2,9 millions de foyers, soit 61% du parc, peuvent aujourd’hui profiter de deux offres, ou plus, d’opérateurs. Notons enfin qu’un peu plus de 4 millions des 4,7 millions de foyers éligibles sont raccordés depuis les réseaux des opérateurs dans le cadre d’initiative privée et 707 000 à travers les initiatives publiques des collectivités (qui délèguent alors le chantier à un opérateur avec, parfois, des résultats malheureux).


Lire également
Le début de la fin de l’ADSL en France
Le très haut débit au centre des préoccupations de Manuel Valls
L’Arcep veut harmoniser l’interconnexion des réseaux de fibre optique

crédit photo © Vladitto – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur