Truffle 100 : le logiciel européen en croissance, dynamisé par le Cloud

CloudDSIEditeurs de logicielsLogicielsProjets
4 65 Donnez votre avis

L’accélération de la croissance du chiffre d’affaires des 100 premiers éditeurs de logiciels européens et la montée en puissance du Cloud se confirment. Mais l’accès aux capitaux reste problématique, en témoigne le classement Truffle 100.

La reprise de la croissance du chiffre d’affaires des 100 premiers éditeurs de logiciels européens domine le Truffle 100. « Une nouvelle page de l’histoire de l’industrie est sur le point de s’ouvrir et, eu égard à sa capacité de résilience et sa faculté d’adaptation – que nous n’avons eu de cesse de souligner année après année dans le Truffle 100 – nous avons des raisons de nous montrer optimistes », souligne Bernard-Louis Roques, directeur général du fonds Truffle Capital à l’origine du classement.

Les éditeurs du Truffle 100 Europe ont réalisé un chiffre d’affaires cumulé de 62,2 milliards d’euros en 2014, dont 44,4 milliards d’euros proviennent directement de la vente de logiciels. Soit une croissance globale de 8,3 % sur un an (+6 % pour la seule vente de logiciels). Cette progression est certes inférieure au niveau atteint au début de la décennie (+10 % en 2010), mais elle est beaucoup plus marquée qu’en 2013 (+2,7 %). Le chiffre d’affaires Cloud est estimé à 8 % de l’ensemble.

Le top 25 concentre 77 % du chiffre d’affaires

La concentration du marché se poursuit. Les 25 premiers éditeurs ont généré 77 % du chiffre d’affaires du classement en 2014 (un taux en hausse de 2 points par rapport à 2013). Par ailleurs, la solidité financière des entreprises du top 100 est en repli. Ainsi 42 sociétés ont un chiffre d’affaires supérieur à 200 millions d’euros, alors qu’elles étaient 50 à franchir ce niveau en 2013.

Les 25 premiers éditeurs du Truflle 100 Europe
Les 25 premiers éditeurs du Truflle 100 Europe

Autre enseignement du Truffle 100 : le montant des investissements R&D est resté stable à 7 milliards d’euros en 2014, contre 6,9 milliards en 2013. Comme l’an dernier, les 100 premiers éditeurs européens ont dépensé plus en R&D qu’ils n’ont engrangé de profits (6,4 milliards d’euros de bénéfices). Cela représente près de 67 400 emplois dans la R&D, contre 64 000 un an plus tôt.

22 éditeurs français au classement

Le palmarès des éditeurs européens d’envergure mondiale reste inchangé. L’éditeur allemand SAP domine toujours largement en ce qui concerne le chiffre d’affaires issu du logiciel. Le français Dassault Systèmes et le britannique Sage suivent.

Du côté des pays, l’Allemagne représente à elle seule 49,8 % du chiffre d’affaires total avec 17 sociétés classées. Elle devance ainsi le Royaume-Uni (12,4 % du CA et 19 sociétés au classement), talonné par la France. Le pays compte le plus grand nombre d’éditeurs au Truffle 100 (22, contre 21 l’an dernier). Mais son industrie n’est que troisième, avec 12,2 % du CA total, contre 11,9 % un an plus tôt. France, Allemagne et Royaume-Uni génèrent 53 % du chiffre d’affaires cumulé du Truffle 100.

Le Cloud, « plus forte dynamique du marché »

« En 2014, le Cloud computing est devenu un marché important pour beaucoup d’éditeurs de logiciels européens. Un certain nombre d’entre eux étaient déjà impliqués dans le Cloud avant 2014, mais à la faveur d’une montée en flèche des acquisitions et des investissements en R&D, cette tendance s’est accrue de manière significative l’an dernier », souligne Bo Lykkegaard, directeur de recherche chez IDC, partenaire du Truffle 100. Toutefois, malgré les efforts de R&D et les politiques engagées pour soutenir le financement des start-up technologiques, les éditeurs européens rencontrent toujours des difficultés pour accéder au capital. Les sociétés du secteur ne sont plus que 54 parmi les entreprises du top 100 à être cotées en bourse, alors qu’elles étaient 56 en 2013 et 85 en 2007 !

Truffle 100 Europe 2014_où sont les capitaux

Mais la santé du secteur n’est pas remise en cause. « Les éditeurs ont compris que c’est dans les infrastructures Cloud et les applicatifs SaaS que se trouve aujourd’hui la plus forte dynamique du marché (avec des croissances entre 30 et 40 %) et révisent leur business model pour asseoir leur développement sur un chiffre d’affaires récurrent », explique Laurent Calot, président du groupe CXP. De plus « éditeurs, intégrateurs, sociétés de services et courtiers du Cloud travaillent à apporter aux logiciels une dimension service à forte valeur ajoutée et orientée métier : celle qui fera la différence ». 

Lire aussi :

Truffle 100 : le logiciel européen investit sans compter dans le Saas
Truffle 100 : « Le logiciel ‘Made in France’ résiste à toutes les adversités »

crédit photo © violetkaipa / shuttertock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur