Trump veut rendre l’emploi à Washington « GreatAgain »

GouvernanceProjetsRégulationsSecteur Public
1 0 Donnez votre avis

GreatAgain.gov, le site de l’équipe de transition du 45e président élu des États-Unis sert de socle au recrutement de milliers d’agents fédéraux, du sous-secrétaire au directeur de la technologie.

Donald Trump et son équipe de transition recrutent des milliers d’agents fédéraux pour piloter les États-Unis à partir du 20 janvier. GreatAgain.gov, le site internet de transition inspiré du slogan de campagne de Trump – « Make America Great Again » (« rendre à l’Amérique sa grandeur », en français) – inclut un lien vers la page permettant aux citoyens habilités de soumettre leur candidature.

Entre 4000 et 9000 postes d’agents fédéraux (il ne s’agit pas de fonctionnaires « de carrière »), parmi lesquels 1000 postes qui devront recevoir l’aval du Sénat américain, sont à pourvoir au sein de la future administration Trump. Ces postes sont affiliés au parti républicain. Alternance oblige, les agents nommés en 2008 et 2012 par l’administration démocrate d’Obama, eux, font leurs cartons.

Plus de 100 000 dollars par an dans l’IT

Selon le Washington Post, au moins 65 800 personnes ont déjà postulé pour intégrer l’administration Trump en devenir. Certains emplois fédéraux de premier plan, au sein du FBI et du fisc américain (Internal Revenue Service, IRS), par exemple, peuvent ne pas être remplacés lors d’une alternance. Par ailleurs, des postes peuvent rester vacants pendant des mois, voire des années. On le constate dans le Plum Book, qui liste les postes à pourvoir au sein du gouvernement fédéral américain.

Pour les fonctions informatiques, comme celle de CTO (Chief Technology Officer) de la Maison Blanche, un poste actuellement occupé par Megan Smith, les salaires ne sont pas toujours précisés. Mais, à titre d’exemple, la rémunération du premier responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI ou CISO, en anglais) de la Maison Blanche, recruté par l’administration Obama en début d’année, était compris entre 123 175 dollars et 185 100 dollars par an.

Lire aussi :

Trump et les géants de la Tech : le bal des faux-culs
L’élection de Trump brouillée par le piratage
Le mur de Post-it, la réponse « low-tech » aux tweets de Trump


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur