Trump va-t-il sabrer les visas de travail de la tech américaine ?

ExternalisationProjetsRégulationsSSII
1 12 Donnez votre avis

L’administration Trump pourrait bien revenir sur les gages obtenus jusqu’ici par la Silicon Valley concernant les visas de travail (H1B) des talents étrangers qualifiés.

Donald Trump, 45e président élu des États-Unis, et Jeff Sessions, sénateur conservateur de l’Alabama, et probable futur ministre de la justice du pays, pourraient s’opposer vigoureusement à la Silicon Valley à propos des visas de travail H1B des « tech workers ».  Jusqu’ici, les entreprises du secteur favorables à une extension du dispositif, ont le soutien de Washington.  En 2014, le président démocrate en exercice, Barack Obama, souhaitait même faciliter l’entrée « d’immigrants hautement qualifiés, diplômés et entrepreneurs prêts à contribuer à l’économie américaine ». Et ainsi répondre à la demande du marché.  Mais le républicain Donald Trump, qui lui succédera à la maison Blanche le 20 janvier prochain, a soufflé le chaud et le froid ces derniers mois concernant ce programme.

« Usage abusif du H-1B »

Lors de la campagne présidentielle 2016, Donald Trump a déclaré bien connaître le visa H1B pour l’avoir utilisé lui-même dans le cadre de ses activités (Melania Trump, actuelle épouse du président élu, aurait elle-même obtenu un visa H1B en 1996). Mais Donald Trump a également critiqué « l’usage abusif et généralisé du H1B ». C’est ce dernier point de vue que partage Jeff Sessions. Le futur Attorney General milite pour une réduction du dispositif. Il cible notamment des sociétés de services informatiques qui externalisent des emplois, et utilisent largement le programme.

Pour ses opposants, le visa H1B nivelle par le bas les salaires locaux en faisant appel à une main d’oeuvre étrangère qualifiée qui peut être moins bien payée.  « Des milliers de travailleurs américains sont remplacés par des travailleurs étrangers », a déclaré Jeff Sessions en février dernier. En revanche, pour les partisans du visa H1B, parmi lesquels Microsoft, Intel et Qualcomm, l’offre locale de profils qualifiés n’est pas suffisante. Il est donc nécessaire de recruter des talents étrangers.

Les visas H1B sont fournis aux employeurs.  85 000 sont délivrés chaque année. Ils permettent à des profils qualifiés de travailler légalement aux États-Unis dans le secteur des technologies, entre autres.  Ces visas peuvent aussi être une passerelle vers la carte de résident permanent ou carte verte (green card) aux États-Unis. Une carte verte qui irrite également beaucoup Jeff Sessions…

Lire aussi :

Internet of Trump, une menace pour le monde numérique
Le plan de recrutements IT d’Obama financé par les visas H1B passe mal

crédit photo : Gage Skidmore via Visualhunt.com / CC BY-SA

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur