Une pincée de Salt pour SUSE Manager 3

CloudEditeurs de logicielsOrchestrationProjetsServeurs
Serveurs (crédit photo © Sashkin - shutterstock)
3 11 Donnez votre avis

Salt s’invite dans l’outil de gestion des infrastructures informatiques SUSE Manager 3. Il permettra de simplifier la configuration des serveurs Linux.

SUSE a récemment présenté la version 3 de sa solution de gestion des infrastructures informatiques SUSE Manager. SUSE Manager est basé sur le projet Open Source Spacewalk et permet de gérer un parc de serveurs Linux, fonctionnant sous SUSE Linux Enterprise ou Red Hat Enterprise Linux, en mode physique, virtuel (Hyper-V, KVM, VMware et Xen) ou Cloud (Amazon EC2, SUSE OpenStack Cloud, etc.), et ce sous plusieurs architectures processeur (x86, Power et mainframe). Une offre qui se veut donc adaptée aux défis d’une informatique hétérogène tant dans son essence que dans ses modes de déploiement.

« SUSE Manager a été conçu pour améliorer la réactivité IT afin d’accompagner l’évolution des besoins des entreprises et d’améliorer l’automatisation de la configuration grâce à l’intégration de Salt, explique Michael Miller, président de la stratégie, des alliances et du marketing de SUSE. SUSE Manager 3 sera encore plus précieux au sein des environnements de datacenters de grande envergure et très complexes, pour lesquels la facilité de gestion, l’évolutivité, les performances et la grande disponibilité sont des critères essentiels. »

Salt au cœur de SUSE Manager

L’intégration de Salt au sein de SUSE Manager est un indéniable atout pour cette solution. Cet outil réputé automatise la configuration des serveurs, permettant ainsi un déploiement aisé et rapide de dizaines de milliers de machines, physiques ou virtuelles. Un élément crucial, en particulier en mode Cloud.

« La nouvelle intégration de SUSE Manager avec Salt offre aux clients un outil intégré unique qui va bien au-delà des traditionnelles fonctions de provisionnement et de gestion de la consommation d’énergie dédiées aux serveurs Linux, décrypte Mary Johnston Turner, vice-présidente de la recherche pour les logiciels de gestion des systèmes d’entreprise chez IDC. En effet, cet outil permet de pousser un cran plus loin l’automatisation et l’évolutivité des opérations de configuration, provisionnement, gestion des patchs, supervision et reporting pour les plates-formes Linux mixtes déployées au sein d’infrastructures physiques, virtuelles ou de Cloud. »

Une meilleure gestion et surveillance des systèmes

Salt n’est pas la seule nouveauté de SUSE Manager 3. Un outil de gestion des abonnements permet de suivre l’utilisation des produits SUSE, offrant ainsi de signaler lorsqu’un abonnement est utilisé de façon excessive, ou – au contraire – insuffisante. De quoi mieux gérer les frais de support.

Enfin, l’outil de monitoring Icinga (compatible avec Nagios) gagne des fonctions de supervision, qui renforcent son action et permettent de mieux suivre le fonctionnement d’un parc de serveurs. Les entreprises pourront ainsi profiter de la présence d’une solution de supervision complète, directement intégrée au sein de SUSE Manager.

À lire aussi :
SUSECon 2015 : un tournant pour SUSE ?
SUSE booste la souplesse de son offre Cloud OpenStack
SUSE Linux : SLES 12 SP1 for SAP met Hana dans le Cloud
Linux : SUSE Linux Enterprise 12 boosté par un premier Service Pack (bonus vidéo)

Crédit photo : © Sashkin – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur