Et si Verizon rachetait les activités web de Yahoo ?

OperateursProjetsRégulationsRéseaux
8 4 Donnez votre avis

L’opérateur américain confirme son intérêt pour Yahoo. Une sortie de crise honorable pour l’entreprise dirigée par Marissa Mayer aujourd’hui en grandes difficultés ?

Une issue de secours à la crise que traverse Yahoo est-elle en train de se dessiner ? Le PDG de Verizon, Lowell McAdam, a confirmé à la chaîne américaine CNBC, vendredi dernier, son intérêt pour le portail Web. « […] si le prix est intéressant, je pense qu’associer certains de leurs actifs avec AOL serait la bonne direction », a affirmé le responsable de l’opérateur américain au micro de Jim Cramer qui lui demandait s’il considérait pertinent de mettre la main sur Yahoo.

Verizon a racheté AOL en mai 2015 pour la coquette somme de 4,4 milliards de dollars. Une opération massive qui vise à alimenter la croissance externe de l’opérateur qui cherche à remplir de contenus ses tuyaux fixes et mobiles. L’acquisition de Yahoo renforcerait cette stratégie alors qu’AOL reste, pour le moment, séparé de sa maison mère.

Une sortie de crise honorable

De son côté, si Yahoo a récemment annoncé un chiffre d’affaires en hausse de 7,6% sur l’année 2015 à 4,97 milliards de dollars, c’est au prix d’une perte sèche de 4,36 milliards. Son CEO Marissa Mayer a annoncé un nouveau plan pour redresser la situation qui passe par une nouvelle vague de suppression de postes (15% de ses effectifs), la fermeture de plusieurs de ses bureaux à l’international et le recentrage sur trois offres principales : Yahoo Search, Yahoo Mail et Tumblr. Un nouveau plan qui sonne comme le dernier en cas d’échec. Les prédateurs potentiels attendent-ils ce moment pour se jeter sur leur proie ?

Le rachat de Verizon offrirait donc une sortie de crise honorable au groupe de Sunnyvale. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’opérateur américain évoque son intérêt pour Yahoo. En décembre dernier déjà, le directeur financier Fran Shammo laissait entendre que l’acquisition de l’entreprise de services web pourrait servir la stratégie contenus de Verizon. L’opérateur n’est pas le seul prétendant. Le groupe média News Corp et la firme d’investissement TPG sont aussi sur les rangs. Pour l’heure, silence radio du côté des actionnaires de Yahoo qui ont rejeté plusieurs offres.


Lire également
Yahoo taille massivement dans ses effectifs
Open Data : Yahoo offre un jeu de données de 13,5 To
Traitement choc de SpringOwl pour Yahoo : 9000 licenciements et départ de Marissa Mayer

crédit photo © Anton_Ivanov / Shutterstock.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur