Vers un rachat total de VMware par EMC ?

CloudData & StockageGouvernanceRégulationsServeursStockageVirtualisation
3 106 Donnez votre avis

Pressé par le fonds activiste, Elliott Management, EMC pourrait être tenté de racheter complètement VMware. Une intégration évaluée à 9 milliards de dollars.

Les étés se suivent et se ressemblent pour EMC. En 2014, le fonds d’investissement Elliott Management montait au capital du spécialiste du stockage en prenant une participation d’un milliard de dollars, soit 2% des parts. Une opération pas anodine, car le fonds activiste a un objectif : casser l’idée de fédération défendue par les dirigeants d’EMC, au premier rang duquel Joe Tucci, l’indéboulonnable CEO d’EMC. Cette stratégie comprend EMC II (Information Infrastructure) qui s’articule autour des systèmes de stockage, VMware sur la virtualisation de bout en bout et Pivotal pour les aspects Big Data. Les trois entités sont indépendantes pour fournir des solutions et des produits individuellement, mais avec une orientation générale qui est le Cloud.

Cible favorite d’Elliott Management : VMware. Le fonds estime que la vente du spécialiste de la virtualisation pourrait dynamiser l’action d’EMC. Au cours de l’été 2014, Joe Tucci signifiait une fin de non-recevoir sur la vente de VMware. Pendant l’année 2015, EMC et Elliott Management ont signé une trêve temporaire avec un pacte de non-agression lors de l’AG du groupe en échange de la nomination de deux administrateurs proposés par le fonds.

L’option rachat de la totalité des actions VMware

Toujours pressé par Elliott Management, Joe Tucci pourrait être tenté par une autre option pour VMware; celle du rachat complet. Selon Re/Code, cette hypothèse serait envisagée par les analystes suite aux propos du dirigeant lors d’une conférence téléphonique sur les résultats d’EMC. Il prévoit d’ici à la fin 2017 des réductions de coûts d’exploitation à hauteur de 850 millions de dollars. Par ailleurs, dans une autre conférence, Joe Tucci a envisagé une économie de 1 milliard en rapprochant de manière plus étroite VMware et EMC. Des indices qui poussent les analystes à penser que les dirigeants d’EMC travaillent sur l’option de rachat complet.

Joe Tucci a toujours écarté la logique d’une cession de VMware en expliquant que les deux sociétés étaient meilleurs ensemble plutôt que séparées. Et la réintégration du spécialiste de la virtualisation aurait quelques avantages financiers, rappelle Amit Daryanani, analyste chez RBC Capital Markets dans une note consultée par Re/Code. La réunion des deux sociétés devrait réduire les coûts opérationnels de 950 millions de dollars l’année prochaine auxquels il faut ajouter les économies de 175 millions de dollars prévues cette année.

Un rachat à 9 milliards de dollars

Une entité unique aurait aussi un impact sur les résultats financiers d’EMC. L’analyste table sur un bénéfice par action compris entre 40 et 50 cents. Pour mémoire, EMC a racheté VMware en 2003 pour la somme de 635 millions de dollars. En 2007, EMC a placé 15% du capital de VMware en bourse, une opération qui valorisait la filiale à 19 milliards de dollars. Aujourd’hui, elle est estimée à 37 milliards.

Le rachat complet de VMware coûterait la bagatelle de 9 milliards de dollars à EMC. L’analyste précise que le spécialiste du stockage dispose d’une trésorerie de 7,8 milliards en cash. Il reste maintenant à attendre si cette option sera prise par les dirigeants d’EMC. Surtout que plane toujours, la retraite de Joe Tucci et l’incertitude sur le nom de son remplaçant. Ils sont trois en lice : David Goulden à la tête de la division stockage, Pat Gelsinger, CEO de VMware, et Paul Maritz, CEO de Pivotal. D’ici là peut-être que d’autres options se feront jour. Certains analystes prédisent toujours que HP pourrait à terme racheter EMC.

A lire aussi :

Cloud hybride : Virtustream tombe dans la fédération EMC

EMC World 2015 – Avec CoprHD, le SDS d’EMC passe en Open Source


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur