Télégrammes : Une vidéo freeze iOS, Telegram lance Telegraph, Apple France redressé, Anonymous pro McAfee

AppsMobilitéOS mobilesSmartphones
0 3 Donnez votre avis

Si Twitter a fait disparaître brièvement le compte de son patron, les télégrammes du soir restent toujours présents pour ses lecteurs.

Une vidéo plante iOS et les iPhone. La lecture d’un fichier vidéo au sein de Safari a la particularité d’avoir un effet freeze sur l’affichage du terminal et au final de le bloquer complètement. La vidéo en question en format MP4 est d’une durée courte 5 secondes et ne pèse que 528 ko. Le plantage est visible sur l’ensemble des versions d’iOS (5 et ultérieure). Une fois la vidéo lue et le téléphone en carafe, le seul moyen de s’en sortir est de réaliser un hard reboot, dont de presser le bouton Home et le bouton Marche-Arrêt pour les modèles jusqu’à la version 6 de l’iPhone ou le bouton Home et le bouton volume bas pour les iPhone 7 et 7 Plus. Apple n’a pas réagi pour le moment à ce dysfonctionnement de son OS mobile.

Telegram lance Telegraph, sa plateforme de blog instantané. La messagerie sécurisée s’essaye à la diversification en lançant Telegraph, une plateforme de publication de billets. Pas de comparaison possible avec WordPress ou Blogger, Telegraph fournit quelques fonctionnalités et surtout ne nécessite pas de comptes. A son lancement, le bloggeur amateur peut directement commencer à écrire du texte, publier des photos et intégrer des liens YouTube, Vimeo ou Twitter. Une fois terminé, le billet peut être publié et partagé avec ses contacts Telegram. Une fonction de visualisation préalable est disponible.

Apple imposé à hauteur de 400 millions d’euros. Apple France pourrait subir un redressement fiscal de plus 400 millions d’euros, selon une information rapportée par L’Express mais non confirmé par l’intéressé ni Bercy. La filiale française de Cupertino avait été notifiée d’un contrôle fiscal portant sur les exercices 2011, 2012 et 2013. Particulièrement sur les prix de transfert entre la France et l’Irlande, son siège social européen, où sont redirigé l’essentiel du chiffre d’affaires effectué en France. Ce qui permet d’alléger les charges fiscales en France. En 2015, Apple Retail a payé 5 millions d’euros d’impôts pour 555 millions de chiffre d’affaires déclarés pour les ventes des Apple Store physiques. En décembre 2015, Apple acceptait de payer 318 millions d’euros d’impôts au fisc italien dans une affaire du même ordre.

Les Anonymous votent McAfee. « Nous demandons que John McAfee soit nommé conseiller dans l’équipe de Trump pour commencer à sécuriser l’Amérique contre les hackers ! » C’est la requête – ironique ? – que les Anonymous lancent à travers le site dédié Anonymous for McAfee. Pourquoi John McAfee ? Parce qu’il « va agir en faveur de la cybersécurité alors que d’autres au pouvoir l’ignorent simplement en considérant que ce n’est pas important ». Surtout, le fondateur de l’éditeur de solutions de sécurité éponyme a les compétences pour assurer le rôle de Monsieur cybersécurité à la Maison Blanche. En dépit de ses frasques largement médiatisées, les états de services de John McAfee parlent pour lui. « Sa dernière société, McAfee Global Technologies, est une société de services Web, mobiles, de sécurité physique et de confidentialité. McAfee est périodiquement l’orateur principal et la vedette des conférences sur la cybersécurité et des conventions pour pirates informatiques », rappelle le groupe de hackers. On peut néanmoins se demander si cet appel, qui trouvera son apogée dans une manifestation de soutien le 5 décembre prochain à New York devant la Trump Tower, est du lard ou du cochon. Dans leur discours, les Anonymous tiennent une ligne des plus sérieuses. « Alors que la plupart des Américains ont des opinions politiques différentes, il est important de se rappeler que la cybersécurité est une question pour nous tous », concluent-ils. Rappelons néanmoins que, jusqu’à présent du moins, ce collectif d’hacktivistes ne se réclame d’aucune nation particulière, vise surtout à défendre la liberté d’expression en ligne à travers des actions décentralisées, peuvent mener des attaques contre des entreprises (comme Mastercard en 2010) et peuvent appeler à la désobéissance civile. Une philosophie que ne partage pas forcément le futur président américaine…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur