Ma vie professionnelle à 100 % dans le Cloud (tribune)

CloudDSIProjets

Auteur de plusieurs ouvrages sur le Cloud, Guillaume Plouin décrit le fonctionnement d’une entreprise reposant entièrement sur l’informatique en nuages. En s’appuyant sur son expérience personnelle.

Cette tribune est autobiographique : depuis quelques mois, j’ai rejoint une petite entreprise parisienne qui n’a pas de bureaux. Notre lieu de travail est le Cloud.

Mon propos est donc de vous présenter une version jusqu’au-boutiste de l’usage du Cloud, possible aujourd’hui dans le cadre d’une PME ou d’une start-up, et peut être un jour dans une plus grande entreprise…

La collaboration au quotidien

Au quotidien, nous travaillons à domicile ou dans des “tiers lieux”. Ce terme recouvre les espaces de travail alternatifs : bureaux loués à la journée, espaces de coworking, Fablabs, cafés, lobbys d’hôtel, bibliothèques… Nous choisissons notre lieu en fonction du programme de la journée :

  • rédaction et concentration : café, bibliothèque, coworking…
  • travail en équipe réduite : lobby d’hôtel, café…
  • réunion d’équipe avec projection et paperboard : bureau loué

Le Wifi est aujourd’hui omniprésent dans ces lieux, et au pire, il y a la 4G. (pour connaître les “tiers lieux” de votre ville : neo-nomade.com ou where2workapp.com).

Notre collaboration au quotidien repose sur quelques outils Cloud essentiels :

  • Google Apps / Office365 pour la communication (Gmail + Hangout + Skype) ;
  • Google Apps / Office365 pour l’édition et le partage de documents (Office + Google Drive) ;
  • Trello pour la gestion de projet.

Ces outils nous permettent une grande proximité virtuelle, tout au long de la journée. Ils permettent d’organiser facilement des points de synchronisation, souvent via Skype + Google docs, plusieurs fois par jour.

En particulier, ces outils sont “temps réel”, c’est-à-dire que toute modification est visible dans la seconde sur les écrans de nos collègues.

Le “Build” et le “Run” dans le Cloud

Pour le développement de nos produits, nous recourrons à des développeurs indépendants dont certains sont à Paris, d’autres à Bordeaux ou Anvers. Là aussi, le Cloud permet un travail efficace en totale ubiquité.

Ainsi, les spécifications des produits sont décrites avec :

  • Moqups.com pour les storyboards ;
  • Google SpreadSheet pour lister les fonctionnalités et dictionnaires des données ;
  • Trello pour les tableaux de bord Kanban

Nous utilisons ponctuellement le Creative Cloud Adobe pour du graphisme.

Notre usine logicielle repose sur :

  • Github.com pour la gestion du code source ;
  • Snap-ci.com pour l’intégration continue ;
  • Heroku.com + Amazon Web Service pour le test et la production.

Notre expérience montre qu’il est possible de laisser les développeurs coder de nouvelles fonctionnalités de manière autonome, avec un ou deux points de synchronisation par jour. Ils publient quotidiennement leur code sur Github.com, qui régénère automatiquement l’environnement de test. Par contre, dans les phases de débogage, une proximité par voix/vidéo avec partage d’écran est nécessaire.

La gestion des clients dans le Cloud

Nos commerciaux pratiquent aussi le travail à la maison. Ils fonctionnent essentiellement avec :

  • la téléphonie pour le suivi des clients ;
  • Salesforce.com pour la gestion de la relation client ;
  • SendInBlue.com pour les mailings.

Les salons professionnels sont l’occasion d’une relation en face à face.

Travaillez dans le Cloud !

J’ai la conviction que le Cloud est un accélérateur décisif pour un changement sociétal majeur : la transformation des modes de travail au 21e siècle.

En cette période de transition énergétique, l’ubiquité signifie moins de pollution, mais aussi moins de transport et donc de fatigue. Le Cloud permet de choisir l’environnement le mieux Guillaume Plouinadapté à ses activités. Si l’openspace est favorable à la communication, Il est clair qu’il est impossible d’y trouver une vraie concentration.

Last but not least,  les outils cités dans cette tribune sont tous en freemium : ils proposent une version gratuite, et une version payante à un prix raisonnable.

Par Guillaume Plouin, architecte Cloud, auteur de “Cloud Computing, Sécurité, stratégie d’entreprise et panorama du marché” et “Tout sur le Cloud Personnel” chez Dunod.

A lire aussi : les précédentes tribunes de G. Plouin

Le faux départ du Cloud souverain
Grâce aux conteneurs, Google Cloud va rattraper Amazon Web Services

Crédit photo : Rawpixel / Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur