Voiture autonome : PSA s’associe à la start-up Nutonomy

Editeurs de logicielsLegislationMobilitéProjetsRégulations

Les technologies de Nutonomy, une start-up de Boston, doivent équiper des Peugeot 3008 modifiées. Les premiers tests seront effectués à Singapour, où Nutonomy a déjà lancé une expérimentation de robots-taxis.

PSA va démarrer les tests de ses premières voitures 100 % autonomes, des Peugeot 3008, sur les routes de Singapour en septembre prochain. Pour ce faire, le constructeur s’est allié à Nutonomy, une start-up de Boston qui a développé des logiciels pour les véhicules autonomes. Cette société mène déjà des tests publics d’un service de voitures sans chauffeur dans la cité-Etat asiatique ainsi qu’à Boston. Les logiciels, les capteurs ainsi que la plate-forme de traitement de Nutonomy seront installés dans des Peugeot 3008 spécialement modifiées, afin de développer une technologie adaptée à de grandes flottes de voitures, précisent PSA et Nutonomy dans un communiqué. Si les tests s’avèrent concluants à Singapour, les deux partenaires envisagent d’étendre l’initiative à d’autres grandes villes.

Fondé par deux anciens du MIT, experts dans le domaine de la robotique et des technologies de conduite autonome, Nutonomy a démarré les tests de ses taxis autonomes à Singapour en août dernier, avec l’accord du Land Transport Authority (LTA), l’organisme de régulation local. Le service repose sur une app dédiée et des véhicules électriques fournis par Mitsubishi et Renault (la Zoe) et spécialement modifiés. Pour l’instant, ces taxis sans chauffeur relèvent de l’expérimentation, même si une commercialisation est attendue dès 2018 avec une flotte d’une centaine de robots-taxis. C’est à ce test grandeur nature que viendront se greffer les 3008 modifiées.

Niveau 5 : voitures totalement autonomes

L’accord entre le constructeur français et Nutonomy n’est pas le premier du genre. L’année dernière, Waymo, une filiale d’Alphabet, la maison mère de Google, s’était par exemple déjà rapproché de Fiat Chrysler, afin de fournir ses technologies à l’industriel. De son côté, en janvier, Uber s’est associé à Daimler. Tandis que BMW a scellé un rapprochement avec Mobileye, désormais dans le giron d’Intel.

PSA a démarré ses tests de véhicules autonomes sur les routes françaises en juillet 2015. Depuis mars de cette année, ses premières voitures sans chauffeur ouvrent leurs portes à des passagers ‘non experts’ et le groupe prévoit d’aller plus avant dès juin, en étendant ses tests à un public plus large. Mais, pour l’heure, les véhicules autonomes de PSA sont équipés de fonctions de niveau 3 et 4 – le premier nécessitant l’intervention du chauffeur pour certaines urgences -, tandis que l’accord avec Nutonomy doit déboucher sur des modèles totalement autonome (niveau 5, selon l’organisme de standardisation SAE International). Le constructeur espère commercialiser ces modèles à partir de 2020.

A lire aussi :

Voitures connectées et Machine Learning : la fin des embouteillages ?

La voiture connectée de PSA roule vers la 5G

IoT : constructeurs et acteurs IT s’unissent dans la voiture connectée

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur