WordPress anime 25 % du web

CloudLogicielsOpen SourceServeurs
24 28 1 commentaire

Le CMS Open Source WordPress est utilisé sur un quart des sites web. Un succès colossal, mais qui ne va pas sans poser quelques problèmes.

WordPress est de plus en plus utilisé sur la Toile. Selon les dernières statistiques de W3Techs, il serait aujourd’hui employé sur un quart des sites web (mesure au 9 novembre 2015).

Le CMS (Content Management System) Open Source WordPress se place très largement devant la concurrence, les autres offres du top5 étant en net retrait :

  • Joomla : 2,8 % de parts de marché ;
  • Drupal : 2,1 % de parts de marché ;
  • Magento : 1,2 % de parts de marché ;
  • Blogger : 1,2 % de parts de marché.

Le succès de WordPress est donc indéniable et se veut la résultante de la montée en gamme de nombre de sites web. Ainsi, seuls 57,4 % des sites web n’utilisent pas aujourd’hui de CMS pour gérer leurs pages. Un chiffre en constante baisse.

La complexité croissante des sites web favorise l’adoption de systèmes de gestion de contenu. Le renforcement des offres d’hébergement de sites clés en main joue aussi en la faveur des CMS. Ces solutions s’appuient en effet en général sur un CMS, allié à un jeu de modèles prédéfinis.

Tout n’est pas rose dans le monde WordPress

Cette montée de WordPress n’est toutefois pas sans conséquence sur la bonne santé du web. Cette offre est en effet la cible de nombreuses attaques, souvent couronnées de succès, les sites web les plus avancés utilisant des thèmes et extensions spécifiques, qui doivent être revalidés à la sortie de chaque nouvelle version de WordPress.

Cette phase de test étend la durée possible d’attaque des sites, alors que la multiplication des extensions élargit considérablement la surface d’attaque d’un site WordPress.

Sans compter bien entendu avec le fait que le serveur doit supporter de lourdes attaques, aujourd’hui presque quotidiennes, menant à une utilisation excessive des ressources, mais également à un ralentissement du rendu, préjudiciable au classement du site sur les moteurs de recherche.

À lire aussi :
WordPress : une nouvelle faille critique se loge dans les commentaires
WordPress encore faillible via des plugins utilisant Genericons
Le malware SoakSoak s’attaque à WordPress

Crédit Photo: Evan Lorne-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur