Télégrammes : WWDC migre à San Jose, Emplettes pour Capgemini, Microsoft IA en Open Source, SNCF choisit Watson IoT

Big DataCloudComposantsData & StockageDéveloppeursDSILogicielsOpen SourceProjetsSSII

Point de polémique autour de la colonisation ou de la décision du Parquet National Financier pour les télégrammes du soir.

La WWDC d’Apple migre à San Jose. Traditionnellement, la conférence des développeurs d’Apple se tenait à San Francisco. Mais l’édition de 2017 qui se déroulera du 5 au 9 juin change de ville. L’évènement reste dans la Valley pour atterrir à San Jose et plus particulièrement au McEnery Convention Center. Apple prépare les esprits et le terrain avant la migration prochaine de ce type d’évènements dans son nouveau campus en cours d’achèvement. Les tickets d’entrée pour la WWDC seront mis en vente le 27 mars au matin sur le portail développeur d’Apple. En général, les précieux sésames au prix de 1 599 dollars se volatilisent en quelques minutes.

Capgemini fait 2 acquisitions. Lors de la publication des résultats annuels, l’ESN française a annoncé le rachat de deux sociétés. La première se nomme Idean, société de conseil en stratégie digitale et en « experience design ». Son expertise et sa clientèle va enrichir le portefeuille de Capgemini dans la fourniture de services digitaux. La seconde acquisition se nomme TCube Solutions, société spécialisée dans le secteur de l’assurance. Elle dispose d’une offre centrée sur les logiciels et services pour les assurances IARD (incendie, accidents et risques divers). Cela comprend la gestion intégrée des polices, la facturation, la gestion des sinistres, les systèmes de gestion des réassurances et les stratégies de données.

Microsoft libère le code de l’autonomie des objets connectés. La firme de Redmond met en Open Source une série d’outils rendant les drones, les robots et autres objets autonomes. Parmi eux, il y a AirSim, un simulateur de vol et de crash de drones, mais aussi capable de fournir des données pour d’autres véhicules. Il est disponible sur GitHub. Ce projet fait partie d’un programme nommé « Aerial Informatics and Robotics Platform » qui vise  à combler le fossé entre la simulation et le monde réel en utilisant les récents composants graphiques et les processeurs pour imiter la gravité, le magnétisme et les conditions atmosphériques.

La SNCF embarque Watson dans ses trains. La SNCF s’appuie désormais sur la plate-forme Watson IoT d’IBM pour espérer améliorer ses services. Le transporteur va remonter dans le Cloud d’IBM les données des milliers de composants et capteurs présents sur les voies, dans les trains et dans les gares, afin de recueillir en retour une information en temps réel. L’analyse des données permet notamment de surveiller à distance les équipements et détecter les problèmes (pannes de portes, climatisation, toilettes bouchées…). La SNCF a déjà équipé 200 trains des lignes Transilien d’Ile-de-France qui, à partir de 2000 capteurs chacun, remontent 70 000 informations par mois. Une démarche IoT qui doit s’ancrer dans « la cyber sécurité ‘by design’, un modèle d’industrialisation ‘platform as a service’ et l’utilisation du big data en soutien de la décision », soutient Raphaël Viard, directeur des technologies e.SNCF.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur