Xiaomi s’offre des brevets de Microsoft, sésame pour les US

MobilitéProjetsRégulationsSmartphones
2 3 2 commentaires

Xiaomi rachète 1500 environ brevets à Microsoft dans le domaine des technologies sans fil. Et s’offre un feu vert pour vendre des terminaux Android aux Etats-Unis.

La visite de Satya Nadella en Chine aura porté ses fruits. Microsoft a vendu environ 1 500 de ses brevets à Xiaomi, rapporte l’agence Reuters. Ils portent sur des technologies de communication sans fil, d’applications multimédia et de Cloud et viendront s’ajouter aux 3 700 qui alimentent le portefeuille de Xiaomi aujourd’hui. Le montant de cet accord n’a pas été précisé. Microsoft détient plus de 60 000 brevets. Il est néanmoins peu fréquent que Redmond cède des brevets à des entreprises chinoises.

La « taxe » Microsoft sur Android

Le constructeur pékinois n’a certainement pas besoin des technologies de Microsoft pour construire ses smartphones. Preuve en est que ses ventes de terminaux sont montées en flèche en quelques années pour rejoindre récemment le top 5 des vendeurs de mobiles. Mais l’entreprise, dont le marché reste essentiellement confiné à la Chine, subit la pression des concurrents locaux comme Oppo (l’autre étoile montante), Vivo et le géant Huawei. Avec « seulement » 70 millions d’unités vendues en 2015, Xiaomi a raté son objectif des 100 millions. Du coup, c’est à l’international qu’il vient chercher sa croissance.

Une internationalisation commerciale qui se heurte néanmoins au respect de la propriété intellectuelle sur laquelle Microsoft s’est fait une spécialité en faisant signer des accords de licence avec les principaux constructeurs de smartphones sous Android. Redmond considère que plusieurs des technologies qui sont exploitées dans l’OS mobile de Google relèvent en effet de sa propriété intellectuelle. S’il n’y a pas nécessairement de lien direct entre les brevets achetés par Xiaomi et les droits de commercialisation de ses terminaux, l’accord signé avec Microsoft est peut-être un moyen pour ce dernier de prélever sa « taxe Android » sur les smartphones de ses concurrents.

Construire un portefeuille de brevets fourni

Wang Xiang, le vice-président senior de Xiaomi confirme de son côté que les brevets acquis constituent « un important pas en avant pour soutenir notre expansion internationale », rapporte Reuters. A commencer par les Etats-Unis où le constructeur chinois vient de commercialiser une box TV sous Android. Xiaomi y a également lancé une tablette sous Windows. Mais le dirigeant n’a pas précisé quand son entreprise initierait les ventes de smartphones sur le sol américain. Pour l’heure, Xiaomi semble se concentrer sur le marché indien. Soulignons que l’accord signé avec Microsoft permettra également au constructeur chinois d’installer ses logiciels sur ses terminaux, dont Office et Skype.

« Nous croyons qu’avec ce genre de collaboration et notre engagement en faveur de l’investissement IP à long terme, nous allons construire un portefeuille de brevets très fourni », a déclaré Wang Xiang au Wall Street Journal. Ce qui tend à confirmer les ambitions internationales de Xiaomi en matière de smartphones mais aussi dans d’autres produits électroniques. Récemment, le constructeur a présenté deux drones en plus de ses bracelets, casques et autres caméras.


Lire également
Huawei toujours au sommet mondial des dépôts de brevets
Brevets : Microsoft et Asus s’accordent sur la question d’Android
API Java sur Android : Google met un KO judiciaire à Oracle

crédit photo © N Azlin Sha / Shutterstock.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur