CloudOpen Source

Zarafa, alternative open source à Exchange, se sent pousser des ailes

Brian-Joseph1
1 5 1 commentaire

En seulement quelques années, Zarafa est devenu le numéro un des groupwares open source en Europe. Un succès rapide, que la société souhaite renforcer.

Kerkrade (Pays-Bas) - Le Zarafa Summer Camp est l’événement annuel de l’éditeur néerlandais, qui s’est fait connaitre avec ses solutions open source formant une alternative à la plate-forme Exchange de Microsoft. Ce rassemblement, que nous suivons en direct, se déroule cette année au sein du centre de conférences de Rolduc, à Kerkrade (Pays-Bas).

L’an dernier, plus de 200 personnes avaient participé à cet événement. Un nombre qui semble aisément dépassé cette année, puisqu’un rapide décompte nous a permis de constater que plus de 250 personnes étaient présentes (sans compter le personnel de la société). « L’an prochain, il faudra probablement repousser les murs du Summer Camp », constate Brian Joseph, CEO de Zarafa. Il est vrai que l’éditeur a eu la bonne idée de proposer une session technique géante de cinq heures, qui s’achèvera sur une épreuve de certification gratuite. Les développeurs et utilisateurs pourront ainsi mettre en valeur leur savoir-faire à moindres frais.

Dans le cadre de la session d’ouverture du Zarafa Summer Camp 2011, Brian Joseph a insisté sur la montée en puissance de la compagnie. Le nombre de partenaires et de pays couverts a ainsi doublé depuis l’an dernier. L’éditeur peut également s’appuyer sur une large base installée au Benelux, puisque cette région utilise des solutions Zarafa à 30 % (le reste des parts de marché se répartit entre 60 % de clients Exchange et 10 % d’utilisateurs d’autres offres). De quoi envisager l’avenir avec sérénité.

Sur Google Trends, Zarafa est rapidement devenu plus populaire qu’Open-Xchange. Le patron de la startup néerlandaise le sait bien et compte jouer sur ce capital sympathie pour faire de sa solution une pile de référence dans le domaine du travail collaboratif. Les autres acteurs de l’industrie semblent eux aussi avoir pris la mesure du potentiel de la firme, puisque des entreprises comme Capgemini, IBM et Red Hat sont partenaires de cet événement.

Loin de se reposer sur ses lauriers, Zarafa veut soutenir sa croissance via un planning de sorties très chargé. « Beaucoup de versions bêta de nos futurs produits seront mises en ligne dans le cadre de cet évènement », promet Brian Joseph. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette feuille de route prochainement. Aujourd’hui, la plupart des distributions Linux sont supportées par les solutions de Zarafa côté serveur et la plupart des OS desktop et mobiles côté client. La prochaine étape consistera à favoriser un principe d’intégration ouverte entre les outils de l’éditeur et des produits tiers, mais également à proposer un support plus large des différentes piles cloud (VMware, Open Stack, etc.)

Le patron de Zarafa encourage enfin la communauté à participer plus largement au développement de cette solution. Il explique tout d’abord que la plate-forme est aisément extensible. Il rappelle également qu’un nouveau site communautaire est maintenant accessible (à cette adresse). Enfin, il souligne les efforts réalisés au sein de la communauté, qui a par exemple su mettre en place un groupe d’utilisateurs du secteur public.