Télégrammes : Zone Telechargement is back, Waymo la voiture autonome de Google, Microsoft censure son chatbot Zo, GBoard sur Android

AppsBusiness IntelligenceCollaborationData & StockageDéveloppeursLogicielsMobilitéOS mobilesProjets
0 0 Donnez votre avis

En attendant de voir débouler Super Mario sur votre iPhone, laissez-vous entraîner dans la course aux télégrammes du soir.

Zone Téléchargement ré-ouvre. Après un jeu du chat et de la souris, le site « d’échange et de partage » renaît de ses cendres. Sur un message Facebook, on peut lire que le site a désormais une nouvelle adresse. L’extension utilisée pointe sur les îles Samoa et le site ainsi ré-ouvert reprend les canons de l’ancien : même charte graphique, anonymisation des liens, moteur de recherche, etc. Cette renaissance officielle intervient quelques semaines après une opération de la gendarmerie de Toulouse qui a fait fermer la plateforme de téléchargement. Des serveurs ont été saisis en Allemagne et Islande, 7 personnes ont été interpellées en France et Andorre. Les autorités estiment que le manque à gagner généré par ce site s’élève à 75 millions d’euros. Dans les heures qui ont suivi cette affaire, un premier site avec une autre adresse et utilisant des sites miroirs avait été mis en ligne, mais les liens n’étaient pas fonctionnels.

Waymo : la voiture autonome selon Google. Le projet de voiture autonome de Google est hébergé dans une nouvelle entreprise de la galaxie Alphabet, une entité baptisée Waymo. Une dénomination censée représenter « A new way forward in mobility », selon Google. La société se basera sur les technologies développées depuis 2009 au sein des laboratoires de Mountain View, un arsenal qui a permis de mettre sur pied le premier trajet 100 % autonome sur des voies publiques en octobre 2015, à Austin (Texas). Le passager était une personne aveugle, Steve Mahan. Waymo assure qu’elle travaillera sur des technologies visant à une autonomie totale (par opposition aux techniques d’assistance à la conduite) pour des applications de partage, des véhicules privés et des camions. Le projet, qui ne s’avance toujours pas sur une éventuelle date de commercialisation de premiers produits ou services, est toujours dirigé par John Krafcik, un dirigeant expérimenté de l’industrie automobile. Ce dernier a confirmé que sa société n’envisageait pas de produire des véhicules en propre.

Zo, le chatbot censuré de Microsoft. Plus d’une semaine après les premiers démarrages de Zo.ai, Microsoft a officiellement lancé son nouveau chatbot à l’occasion de sa conférence AI Day donnée à San Francisco mardi 13 décembre. Le nouvel assistant numérique construit autour de technologies d’intelligence artificielle (IA) succède à Tay.ai qui, pris en flagrant délit de racisme, avait dû être fermé rapidement en mars dernier. Si Zo « utilise le vaste contenu social de l’Internet [et] apprend à partir des interactions humaines à répondre émotionnellement et intelligemment, aux dires de Microsoft, elle a également des contrôles et des équilibres solides en place pour la protéger des détournements. » Autrement dit, Zo ne « fait pas de politique ». Une version censurée de Tay, inspiré de Xiaoice, le chatbot chinois de l’éditeur lancé en 2014. Pour l’heure utilisable sur Kik, Zo devrait se déployer sur Twitter, Facebook Messenger et Snapchat dans les mois à venir.

Le clavier GBoard arrive sur Android. La guerre des claviers virtuels se poursuit. En mai, Google partait à l’abordage d’iOS avec le clavier Gboard. Une déclinaison pour le marché français était arrivée dans la foulée en août. Logiquement, Gboard débarque maintenant sur Android. Au gré de la version 6.0, il est en cours de déploiement et supplante le clavier Google Keyboard d’Android. Il est également possible d’en télécharger l’apk pour l’essayer avant son arrivée officielle sur la marketplace Google Play. On ne change pas une formule qui marche : l’application de clavier combine saisie gestuelle, recherche, composante prédictive et personnalisation, à l’instar de son alter ego sur iOS, précise ITespresso. La firme Internet de Mountain View en profite pour enrichir l’application, en particulier le support multi-langues (avec de surcroît la possibilité d’en sélectionner plusieurs simultanément).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur