1 internaute britannique sur 20 a été victime du ‘phishing’

Cloud

La croissance économique du Royaume-Uni profite également aux pirates. Une enquête commandée par AOL UK révèle qu’un britannique sur vingt a perdu de l’argent sur la Toile à cause notamment du ‘phishing’

Nos amis britanniques sont de gros poissons pour les pirates experts en ‘phishing’. La moitié des personnes interrogées par AOL UK déclarent avoir été la cible au moins une fois d’un e-mail de type ‘phishing’. Pour rappel, un courriel de ‘phishing’ essaie par tous les moyens d’obtenir des informations personnelles comme un mot de passe, un code confidentiel, des références de comptes bancaires en trompant l’internaute avec, par exemple, de vrais-faux sites bancaires?

Sur les 2.000 internautes interrogés, 5% ont été victimes d’une attaque qui s’est terminée par une perte financière. La moitié des victimes n’ont reçu aucune compensation des banques. “Les ‘phishers’ sont performants, ils peuvent reprendre les logos des banques et ils imitent la rédaction de leurs e-mails à la perfection”, précise Will Smith, le responsable de la sécurité chez AOL UK, cité par The Register. En clair, le ‘phishing’ est une menace réelle pour le Royaume-Uni, selon les analystes, car il a augmenté de 20% en un an. Le cumul des détournements opérés s’élèverait déjà à 504 millions de livres Sterling! D’une manière générale, les pertes des banques face au piratage sont en forte hausse. Notamment les attaques du type CNP (card-not-present-fraud) très importantes qui représentent 24% du total soit 150 millions de livres en 2004. Cette augmentation est une des conséquences de l’augmentation des transactions faites en ligne, par le téléphone, le fax ou l’internet. De son côté, la contrefaçon se porte bien, puisqu’elle représenterait une perte de 129,7 millions de livres (17 %).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur