13,6 secondes pour ‘craquer’ des mots de passe…

Sécurité

Des chercheurs suisses révèlent et démontrent comment on peut “craquer” les accès théoriquement protégés par encryptage sur Windows

En France, l’on totalise déjà près de 13 millions de cyberacheteurs et le commerce en ligne a généré 10 milliards d’euros en 2005. L’arrivée des mastodontes de la distribution comme Carrefour sur le secteur très juteux du hors alimentaire oblige les pionniers du genre comme Fotovista (Pixmania et MyPixmania) à évoluer.

Le groupe Fotovista profite désormais de la protection d’un grand frère. En effet, la société dont le rachat, pour un montant de 266 millions d’euros, a été annoncé le 12 avril 2006, appartient désormais à 75% au groupe britannique DSG (chiffre d’affaires de 11 milliards de dollars) qui détient PC City et PC World. Et c’est sans aucun doute une protection face à l’arrivée même tardive des Boostore et consorts. Depuis le début, Pixmania a misé sur des services innovants et originaux. Dans une interview le responsable Europe du portail MyPixmania Sacha Doliner nous explique que le groupe est à point crucial de sa croissance et se trouve dans une situation de transition. Fotovista, c’est aujourd’hui un acteur de poids du commerce de la Toile avec des sites comme primashop.com, etreenceinte.com, apache.fr, japan diffusion, Foci, e/merchant mais aussi et surtout Pixmania.com et le portail MyPixmania. Il attire près de 2,5 millions d’internautes par mois et 1,2 million de clients au début janvier. D’ici à la fin de l’année 2006, le site devrait compter 200 millions d’images stockées sur ses serveurs. Rappelons que chaque client de MyPixmana dispose d’un espace de stockage illimité en quantité et dans le temps. A terme, la base de données du groupe va donc être énorme, preuve en est, lors de la mise en place de sa base, le groupe a appliqué le principe d’une triple redondance, c’est donc qu’il voit l’avenir en gros… -Quel a été l’impact du rachat de DSG sur votre activité? L’ouverture des magasins est-elle fortuite ou bien faut-il la rapprocher de cet accord? -“Non, l’ouverture des magasins remonte à bien avant l’accord avec DSG. En réalité, Pixmania ou plutôt Fotovista n’a jamais fait que du pur “en ligne”, nous avons toujours fait appel à un support offline, en complémentarité (les magasins Focil et Japan Diffusion). Dés le début nous avons souhaité lancer le concept de point de retrait, aujourd’hui il y en a une quinzaine. Huit en France (dont le plus grand est à Boulogne) et sept dans les principales capitales européennes. Le concept est simple : “apporter l’Internet dans la rue”. En réalité, il y a plusieurs explications à l’ouverture de ces boutiques en ligne, certains acheteurs aiment le coté rassurant d’un retrait de visu et mettre un visage sur Pixmania, d’autres se plaignent des délais de livraison trop longs ou n’ont pas de gardien ni de boîte aux lettres assez grandes. D’un point de vue stratégique les espaces “ShowRoom” soutiennent les ventes de Pixmania et MyPixmania, c’est une formule d’avenir. C’est point de retrait ne sont donc pas nouveaux, le premier fonctionne depuis 2001.” L’initiative de Carrefour Boostore ne vous fait-elle pas peur? -“Nous avons beaucoup de respect pour ce groupe et pour les géants de la distribution. Néanmoins, nous sommes présents sur le marché depuis un moment et notre force vient de cette expérience et de notre capacité à innover. L’on pense que l’on a un plus, une certaine expérience du Web, un savoir-faire, l’aspect le plus important va être de garder la main techniquement et de continuer à offrir à nos clients un service de qualité. Par exemple, dans notre centre de personnalisation des photos tout est automatisé, nous disposons d’un atelier de poterie qui permet la réalisation des tasses en céramique avec photos, nous avons également un technicien horloger qui s’attelle à la confection des montres. En ce qui concerne l’envoi les commandes sont regroupées, puis envoyées vers une machine qui fait le tri selon le pays, le poids, et utilise selon la destination l’organisme de livraison le plus intéressant en terme de prix.” Votre force c’est l’innovation, pouvez-vous nous parler des projets à venir? -“Notre cellule R&D (Recherche et Développement) est très active et maintenant nous avons en plus un grand frère (DSG) pour nous soutenir financièrement. En ce moment nous avons plusieurs chantiers en cours, en particulier sur des logiciels Web pour faire de la recherche, par exemple pour faire de la reconnaissance faciale dans les images de notre base de données… Nous travaillons notamment avec des universités. Enfin, il est possible que nous proposions un service équivalent à MyPixamnia, mais cette fois pour la vidéo, l’outil caméra étant de plus en plus couramment utilisé. Finalement notre stratégie c’est la continuité.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur