1,5 million d’abonnés pour Free Mobile… selon Orange

MobilitéRéseaux
Orange - Stéphane Richard (crédit photo @ Orange)

Dans un entretien au Point, Stéphane Richard reconnaît les difficultés que l’affluence des abonnés de Free Mobile posent au réseau d’Orange. Mais confirme maintenir de bonnes relations avec son partenaire et concurrent.

« La montée en puissance du trafic de Free Mobile est très importante. Plus importante et plus rapide que ce qui avait été anticipé et annoncé par Free. » Dans une interview accordée au Point, le dirigeant d’Orange, Stéphane Richard, ne cache pas ses inquiétudes quant à l’accord de partenariat qui lie la filiale d’Iliad et l’opérateur historique. Rappelons que Free Mobile a signé un accord d’itinérance avec France Télécom/Orange pour exploiter son réseau mobile le temps de finaliser le sien. À la condition que le réseau du nouveau concurrent couvre 27 % de la population à l’ouverture des services.

Un taux qui n’a eu de cesse d’être remis en question par les syndicats des opérateurs ainsi que par SFR ou encore les MVNO qui appellent l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) à intervenir et effectuer de nouvelles mesures de couverture, voire prendre des sanctions.

« Le trafic augmente très vite »

De fait, 97 % des appels « Free » passeraient par le réseau d’Orange. Au risque de surcharger celui-ci, ce qui a valu un courrier d’Orange à Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad (maison mère de Free), selon l’hebdomadaire. Du coup, la polémique enfle et, si les opérateurs restent discrets sur le nombre de leurs abonnés partis chez Free Mobile, Stéphane Richard reconnaît à demi-mot que l’incident qui a eu lieu sur son réseau le 7 février dernier est potentiellement dû au trafic de son partenaire (et concurrent). « Nous avons aujourd’hui un trafic qui augmente très vite. Il peut tout à fait arriver qu’il y ait une congestion ponctuelle sur une partie du réseau, qui puisse aboutir à une situation de dégradation des services. » Tout en cherchant à rassurer ses clients : « C’est clairement le point limite que je ne dépasserai pas, car il est hors de question que les abonnés d’Orange subissent les conséquences de notre contrat avec Free. »

La faute à la mauvaise évaluation de trafic de Free Mobile plus qu’à une hypothétique volonté de profiter d’une infrastructure partenaire. « Quand on met de telles offres sur le marché, il faut s’attendre à avoir une certaine demande. Il y a eu une grosse sous-estimation de la part de Free », déclare Stéphane Richard. Lequel évalue à 1,5 million le nombre d’abonnés de Free Mobile selon ses propres estimations. Un chiffre record atteint en un mois à peine. Malgré ses tensions, tant techniques que concurrentielles, le dirigeant d’Orange affirme maintenir de bonnes relations avec son client : « Nous avons des relations tout à fait normales avec notre partenaire, des relations de confiance, tout en ajoutant que nous aurions pu, sinon éviter, du moins limiter les inconvénients. » Des propos qui tranchent un peu avec ceux récemment tenus devant les députés.

Crédit photo © Orange


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur