Cloud : le contrôle du coût des ressources reste aléatoire

CloudDatacentersIAASPAAS

La migration du système d’information vers les infrastructures Cloud se poursuit à un rythme soutenu. Pour les DSI, le challenge est désormais de peaufiner le processus de contrôle et de suivi des coûts.

Les entreprises doivent apprendre à maitriser les modèles de consommation et de coûts des services de cloud relève un récent rapport du cabinet 451 Research. Un constat partagé par Canalys dans ses dernières statistiques sur le marché mondial des offres d’infrastructure (IaaS et PaaS).

Premier constat : les entreprises ont tendance à provisionner plus de ressources que nécessaire. Ainsi, seulement 16 % des 146 revendeurs interrogés au mois d’avril estiment que leurs clients utilisent effectivement les ressources qu’ils ont payé.  À l’inverse, ils sont 13 % à affirmer que leurs clients « gaspillent » plus de 40 % des ressources facturées.

Pour Canalys, ce besoin de calibrer sa consommation offre de belles opportunités aux acteurs de l’intelligence artificielle qui fournissent aux entreprises des algorithmes d’aide à la décision pour définir les besoins réels et choisir les offres adaptées.

Du règlement à la simple règle

Autre indicateur critique : le suivi de la consommation. Selon 451 Research, cette utilisation des ressources est d’autant plus sensible que les ressources sont devient d’autant plus difficile d’accès.

Selon les réponses des 500 DSI interrogés, un peu plus d’un tiers (34,2 %) ont établi des politiques d’utilisation et 26,9 %, de simples règles. A l’opposé, 18,6 %, suivent les consommations des ressources cloud sans les contrôler quand 7,3 %, ignorent les ressources consommées.

Concernant le marché IaaS / PaaS dans son ensemble, Canalys l’évalue à 16,9 milliards de dollars au niveau mondial sur le 1er trimestre 2018 (+ 46,8 % d’une année sur l’autre). Une progression des investissements devrait intervenir, tout particulièrement pour la mise en conformité avec le RGPD et les mises à jour d’infrastructure liées aux failles Meltdown et Spectre.

AWS concentre toujours un peu plus de 30 % de ce volume d’affaires (5,2 milliards de dollars ; + 45 % sur un an). Microsoft Azure avoisine les 15 % (2,7 milliards ; + 93 %), quand Google Cloud Platform tend vers les 10 % (+ 89 %, à 1,2 milliard). 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur