3 ans de prison pour une attaque par Botnets

Sécurité

Le cracker, âgé de 21 ans seulement, avait commencé ses attaques via un réseau de PC Zombies à l’âge de 19 ans!

Selon

NewsWire ce jeune pirate californien a attaqué des machines du ministère américain de la Défense, d’un hôpital de Seattle et d’une école de Californie.

Dénommé Christopher Maxwell, il a été condamné vendredi 26 août à une peine de trois ans de prison. Trois ans seulement. Car le fait d’avoir plaidé coupable a joué en sa faveur. Le verdict est dur néanmoins. Il faut dire que l’acte d’accusation parlait “d’association de malfaiteurs dans le but de causer un préjudice” et “d’intrusion illégale dans des ordinateurs protégés“.

Justifiant son verdict le juge en charge du dossier, Marsha J.Pechman, a déclaré : “La complexité du forfait a montré un incroyable sang-froid et bien peu d’égards pour les dommages causés.”

Ferme, le juge Pechman, a estimé que la prison était “le seul moyen de dissuader les jeunes qui s’enferment dans l’univers du black hacking.

La défense demandait une peine plus légère, invoquant que Christopher Maxwell n’avait pas d’antécédents judiciaires, qu’il n’avait pas imaginé provoquer de dommages si importants, qu’il avait sous-estimé les effets dévastateurs de son virus.

Mais la plaidoirie n’a pas suffi. Maxwell et deux autres jeunes ont été accusés d’avoir fomenté une attaque par l’intermédiaire d’un réseau de Botnet ou PC zombies (lire nos articles).

Ils ont pris la main sur plusieurs milliers de machines pour diffuser un programme non sollicité diffusant de la publicité. Un “petit boulot” qui aurait rapporté prés de 100.000 dollars.

Trois victimes de cette arnaque ont témoigné lors du procès de Maxwell.

Un employé de l’hôpital Northwest de Seattle, victime en février 2005, un porte-parole du Département de la Défense US qui a déclaré que plusieurs centaines de postes dans le monde avait été endommagés entre 2004 et 2005, et enfin un ancien DSI de l’école californienne de Colton a définitivement enfoncé le clou. Le parc de 1.000 ordinateurs de l’établissement avait été court-circuité pendant plusieurs mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur