3G : la Chine passe commande…

Régulations

Le récent appel d’offre montre que la Chine a choisi de fournir un accès
offrant deux possibilités : une trois 3G ‘occidentale’ et une 3G chinoise

Le marché chinois continue de faire saliver les principaux équipementiers télécoms. Le premier opérateur mobile du monde China mobile a, selon l’agence Reuters, lancé un appel d’offre aux constructeurs de téléphones mobiles. Montant de l’opération : entre 389 et 584 millions d’euros.

Dix-huit entreprises devraient se porter candidates pour les contrats proposés par China Mobile, premier opérateur mobile mondial, pour fabriquer quelque deux millions de combinés compatibles avec la technologie 3G chinoise TD-SCDMA (time division synchronous code division multiple access), a déclaré Chen Haofei, secrétaire général du Forum TD-SCDMA.

ZTE, Datang Telecom Technology, Samsung Electronics, LG Electronics, Motorola, Haier Electronics Group et Huawei Technologies figurent parmi les firmes qui se sont portées candidates.

Au départ, l’état communiste opte pour son propre réseau 3G, la TD-SCDMA. L’état chinois évite ainsi de verser des droits sur des technologies déjà usitées en Europe et aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, la situation a évolué. Le quotidien China Dailya révélé il y a quelques mois l’inefficacité des puces 3G ‘made in China’ pour certaines applications comme les vidéoconférences. Un tel dysfonctionnement ferait mauvais genre pour l’hôte des J.O.

De fait, la Chine ne table plus sur une offre 3G unique, mais double. Outre le TD-SCDMA, la Chine déploiera le WCDMA et le CDMA-2000, évolutions naturelles du CDMA et du GSM. Les entreprises européennes n’y perdent pas au change, y compris celles qui, d’avance, ont opté pour une 3G chinoise.

Les mobiles commandés par China Mobile devront donc être compatibles avec les deux normes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur