3G Umts: SFR se lance, sans démarrage en trombe

Régulations

L’opérateur met l’accent sur la visiophonie, la vidéo et la musique pour sa téléphonie mobile de 3e génération. Huit combinés et sept forfaits sont disponibles. La filiale de Vivendi estime que le marché de masse décollera fin 2005

SFR est donc le premier opérateur français à se lancer dans l’aventure 3G ou UMTS, grillant la politesse au numéro 1 français, Orange qui prévoit, si tout se passe bien, de proposer sa propre offre avant Noël. La téléphonie mobile de 3e génération doit permettre à partir d’un combiné dédié, d’utiliser un réseau à haut débit (384 kbits/s, 10 fois plus rapide que le GPRS actuel) donnant accès à des contenus riches comme la vidéo en ‘streaming’, le téléchargement de fichiers, dont la musique…

Longtemps repoussée, la 3G devait à l’origine débarquer en 2002: elle aura nécessité des investissements colossaux. A ce jour, SFR a financé à hauteur de 1,6 milliard d’euros cette nouvelle technologie, présentée comme une révolution pour la mobilité. A terme, ce sont 3 milliards d’euros qui vont être investis. Après avoir lancé une offre “entreprise” (à partir d’une carte à brancher sur un PC portable) et effectué des centaines de tests en grandeur nature, SFR s’attaque au grand public. Pour l’opérateur, les conditions sont réunies pour un lancement commercial. Trois points ont été particulièrement travaillés. La continuité de service entre les réseaux GSM/GPRS et UMTS. Car la couverture de la 3G est loin d’être globale: 38% de la population, 64 des 100 plus grandes villes à fin 2004. L’utilisateur ne doit pas subir de coupure entre les réseaux, comme entre les cellules: ce qui s’appelle le ‘hand over’. Le nombre de mobiles et leur qualité. Une large gamme de combinés est indispensable. Surtout, des problèmes d’autonomie et de surchauffe ont longtemps posé problème. Pour ce lancement, SFR introduit huit modèles, dont quatre sont exclusifs à SFR (lire l’encadré). Le levier: des services innovants Enfin, le chapitre des services. Pour séduire les utilisateurs, SFR a mis en place une gamme de services “innovants” très orientés sur la vidéo et la visiophonie (lire l’encadré). Les tests en grandeur nature auraient permis de démontrer la pertinence de ces services. Pour SFR, ce lancement est stratégique. La 3G doit en effet devenir le nouveau levier de croissance du secteur. “L’arrivée de la 3G devrait permettre de redistribuer les cartes sur le marché français”, explique l’opérateur. Au Japon par exemple, la 3G a quasiment remplacé toutes les anciennes technologies. Compte tenu des investissements faramineux engagés dans ce programme, SFR et son partenaire Vodafone qui lance des services similaires dans 13 pays, espèrent tenir la poule aux oeufs d’or. Vodafone table ainsi sur 10 millions de clients à l’horizon mars 2006. Pas d’objectifs Il faudra être patient. En France, SFR est bien conscient que la 3G ne sera pas un marché de masse avant au moins un an. L’opérateur se garde bien d’annoncer des objectifs: “Nous préférons parler d’estimations plutôt que d’objectifs”, explique Pierre Bardon, directeur général de SFR. “Nous estimons à 500.000 le nombre de nos clients à fin 2005”. Une estimation conservatrice. Il s’est refusé par ailleurs à fournir des prévisions en termes de revenus et de retour sur investissement, précisant seulement que le développement dans ce domaine était autofinancé. Dans un premier temps, l’opérateur va viser “les connaisseurs de la téléphonie mobile, les jeunes urbains adeptes de services mobiles, ainsi que les professionnels modernes et urbains”. L’adhésion à la 3G sera donc très progressive, il ne faut pas le cacher. D’autant plus que les français ont déjà renouvelé en masse leurs mobiles entre 2003 et 2004 grâce à l’essor du GPRS et des ‘photo-phones’. Rien ne dit qu’ils mettront de nouveau la main à la poche pour à nouveau changer de combiné, même si SFR a fait des efforts sur les prix (lire notre encadré). Les services devront également séduire, ce qui n’est pas gagné d’avance. D’autant moins que, excepté la visiophonie, tous ces services sont facturés hors forfait! D’ailleurs, un des principaux fabricants de mobiles, le nippo-suédois Sony-Ericsson s’attend à un succès de l’UMTS seulement à partir de 2008, a indiqué son patron, Miles Flint. La balle est donc aujourd’hui dans le camp des utilisateurs. Mobiles, services, tarifs: l’offre de SFR

Après avoir longuement sondé ses utilisateurs-testeurs, SFR a identifié les services 3G les plus porteurs. La vidéo et notamment la visiophonie sont au coeur de cette offre.

La visiophonie permet simplement de visualiser son correspondant, si bien sûr il possède un mobile 3G. Selon l’opérateur, le service est particulièrement apprécié même si cela ressemble plus à gadget qu’autre chose. Exception faite des sourds et malentendants pour qui ce service leur ouvre les portes de la téléphonie mobile. La vidéo 3G se décline en deux axes. Les MMS, ces SMS dotés d’images ou de vidéos devraient poursuivre leur essor grâce aux nouveaux combinés. Mais c’est surtout grâce aux contenus vidéos que SFR espère rafler la mise. Toute une gamme de programmes (information, divertissement, sport, cinéma…) sont proposés en vidéo à la demande (paiement à l’acte). SFR propose également un service de TV en live en streaming. Deux chaînes sont disponibles: EuroNews et FashionTV. Quatre devraient être en ligne avant la fin de l’année: CinéCinéma Info, iTélé.fr, l’Equipe TV et Live 1. Ce service est facturé au temps. Enfin, un premier service de téléchargement de musique est disponible. SFR Music permet de télécharger des titres musicaux parmi un catalogue de 50.000 titres. Néanmoins, un seul mobile, le Nokia 6630 permet de stocker des morceaux vendu tout de même… 1,9 euro l’unité, deux fois plus qu’un titre acheté sur Internet. Côté mobiles, SFR fait bien les choses puisqu’il propose pas moins de 8 combinés. Selon l’opérateur les points sensibles liés à l’autonomie et à la surchauffe ont été résolus. A vérifier! Sony-Ericsson, Motorola, Sharp, Samsung et Nokia ont été sélectionnés. La gamme de prix s’étend de 199 euros (Motorola V980) à 459 euros (Sharp 902SH, doté d’un appareil photo de 2 megapixel). Un peu cher? Jusqu’au 31 janvier 2005, SFR met en place une offre de parrainage sur tous les mobiles. Lors de deux achats simultanés, parrain et filleul bénéficient de 100 euros de réduction. Enfin, 7 forfaits sont proposés. Pour un engagement de 24 mois, ils vont de 46 euros pour trois heures par mois à 142 euros pour 15 heures. Ces forfaits incluent la visiophonie qui est facturée deux fois le prix d’un appel vocal. Ainsi le forfait à 46 euros donne 3h d’appel vocal ou 1h30 de visiophonie. Tarifs Les contenus vidéos à la demande sont facturés entre 0 et 2,5 euros l’acte. La TV Live est facturée 0,27 euro la minute. Le titre de musique téléchargé: 1,9 euro. C’est cher. Pour encourager les utilisateurs, SFR met en place une campagne de promotion: 10h par mois de visiophonie offertes pendant 6 mois, 20 vidéos gratuites par mois pendant deux mois et 50 MMS gratuits par mois pendant deux mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur