3GSM: les chinois Huawei et ZTE affichent leurs ambitions

Régulations

Le premier vient de décrocher un mega-contrat de fourniture de combinés 3G avec Vodafone. Le second multiplie les accords avec des opérateurs européens

Barcelone– Cette édition 2006 du 3GSM World Congress a un fort accent asiatique. Jamais autant d’entreprises de ce continent n’ont fait le déplacement. Les fabricants de mobiles (Samsung, LG, Nec…) sont évidemment venus en force, mais aussi et surtout les grands conglomérats chinois des télécoms, comme Huawei et ZTE. Et autant dire qu’ils ne sont pas venus pour faire de la figuration. On le sait, les équipementiers chinois affichent de très grandes ambitions et ne se contentent plus de leur marché national. C’est le cas de Huawei, qui réalise déjà 60 % de son chiffre d’affaires hors de Chine. Ce pourcentage pourrait très vite augmenter, puisque le groupe vient d’annoncer un accord avec le britannique Vodafone pour lui fournir des combinés 3G. Il s’agit d’une première. Si Huawei était déjà présent en Europe dans le marché des infrastructures (notamment avec BT en Grande-Bretagne), c’est la première fois qu’il devient fournisseur de mobiles pour un opérateur du Vieux Continent. Ses combinés 3G seront commercialisés à partir du mois de septembre sous la marque Vodafone. Le partenariat court sur cinq ans et concerne 21 pays. Rappelons que Vodafone est le premier opérateur mobile mondial avec 179 millions d’abonnés. Bref, l’avenir est radieux pour le groupe de Shenzen qui table désormais sur un chiffre d’affaires de 11 milliards de dollars en 2006, contre 8 milliards en 2005. De son côté, le géant ZTE n’est pas en reste. Enorme conglomérat, ZTE couvre tout le marché des télécoms: des infrastructures aux combinés, en passant par les modems, les routeurs… Un véritable Cisco de l’Empire du Milieu. Là encore, les ambitions sont clairement affichées. “Nous nous sommes lancés un peu tard en Europe”, nous explique la Project Manager du groupe, Qiu Wei. “Mais ce marché est très stratégique pour nous, la France et la Grande-Breatgne sont deux marchés critiques pour nous”. ZTE, fort de ses premiers grands contrats de référence (dont France Télécom), table sur des ventes à l’export qui représenteront 50 % des commandes en 2008, soit 10 milliards de dollars. “Nous voulons accompagner les groupes européens dans leur développement, devenir un partenaire incontournable sur le long terme”, ajoute-t-elle. Parmi ses références clés, le groupe cite l’opérateur national roumain PosTelecom qui a adopté son ‘softswitch’, “premier réseau de type NGN au monde” (réseau de convergence mobile 3G / IP P2P). L’équipementier se flatte également d’avoir installé le premier HLR (suivi des abonnés, fixes/mobiles) pour réseau fixe 3G en Chine, qui est en plain démarrage. “La 3G en est à ses débuts en Chine, nous serons là et nous jouerons un rôle majeur”. Voilà qui a le mérite d’être clair. Toutes les infos sur le 3GSM: lisez notre dossier


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur