4e licence 3G : attaque en piqué de Bouygues contre Free

Cloud

L’arrivée du trublion de l’Internet dans le mobile serait “lourd de conséquences” selon le patron du géant du BTP

Les ambitions de Free dans la mobilité font peur. Le FAI entend bien décrocher la 4e licence même si son mode d’attribution n’est pas encore finalisé. Mais le trublion du DSL répète depuis des longs mois qu’il veut faire dans le mobile ce qu’il a réussi dans l’Internet, à savoir agiter le marché et injecter un peu de concurrence.

Mais pour la concurrence, Free fait figure d’épouvantail. Dans un entretien aux Echos, Martin Bouygues, patron du groupe éponyme, n’y va pas par quatre chemins.

“Premier commentaire : quand je compare la rentabilité des uns et des autres, je constate que Free est bien plus profitable que Bouygues Telecom. Si l’on veut plus de concurrence et faire baisser les prix pour le consommateur, Free serait donc déjà bien inspiré de réduire un peu ses marges sur l’ADSL avant de penser à venir sur le mobile.” Free appréciera.

“Deuxième commentaire : déployer un réseau 3G pour 1 milliard d’euros, comme l’affirme Free, me paraît impossible, sauf à faire le coucou sur le réseau des opérateurs en place”. Le massage est clair, Free est soupçonné de parasitisme…

“Troisième commentaire : mettre en place, en ville, de nouvelles antennes pour un nouveau réseau est infaisable compte tenu des pressions environnementales. Quatrième commentaire : si le gouvernement autorise un nouvel entrant à venir faire de l’ultra-« low cost » dans le mobile, il prend une lourde responsabilité. A terme, une guerre des prix peut provoquer de 10.000 à 30.000 pertes d’emplois chez les opérateurs. Ce sont des choix lourds de conséquences, surtout s’il s’agit de favoriser quelqu’un qui n’investit pas !” Bref, les menaces sont à peine voilées, l’arrivée de Free provoquerait une gamme de licenciements sans précédent. Une vision difficile à vérifier.. Mais une chose est sûre, pour utiliser de tels arguments, Bouygues apparaît peu serein…

Rappelons que pour cette nouvelle licence, après moult rebondissements, le gouvernement pencherait désormais pour l’entrée d’un nouvel acteur plutôt que la vente par blocs des licences, scénario qui semblait jusqu’à aujourd’hui tenir la corde.

Matignon préparerait une attribution en deux étapes. Il proposerait d’abord un lot de fréquences de 10MHz à un nouvel opérateur puis un lot de 5 MHz ouvert à tous y compris les trois opérateurs en place. Un autre scénario est à l’étude : les fréquences seraient attribuées en trois lots de 5 MHz ouverts en tous, en favorisant l’attribution à un nouvel entrant.

Ces deux scénarios favoriseraient évidemment Iliad-Free, seul candidat officiel à une 4e licence. Mais rappelons que l’opérateur conditionne sa candidature à une baisse du prix de la licence (619 millions d’euros) ou au moins à un étalement. Un point sensible qui froisse les opérateurs en place… “Orange demande que les conditions d’équité vis-à-vis des autorisations délivrées précédemment soient respectées”, écrivait l’opérateur historique il y a quelques mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur