4e licence 3G : Neuf Cegetel pourrait entrer dans la danse

Régulations

La possible modification des modalités de paiement de la licence pourrait ne pas pas être étrangère à ce revirement

Neuf Cegetel change son fusil d’épaule. Après avoir à plusieurs reprises indiqué qu’il n’était pas intéressé par la 4e licence mobile 3G mise sur le marché, l’opérateur indique aujourd’hui qu’il se laisserait finalement bien tenter.

Dans un entretien au Journal des Finances, Jacques Veyrat, patron du groupe, explique qu’il déposerait une offre si de nouvelles modalités étaient arrêtées. Si l’appel d’offre “devait être relancé, nous y réfléchirions, en fonction des modalités. ll y a de la place en France pour un quatrième réseau. Mais il ne sera vraiment efficaceexplique Jacques Veyratque si les fréquences sont basses notamment avec le dividende numérique dans quelques années.”

Concrètement, Neuf Cegetel pourrait se lancer si l’Etat accepte un étalement du paiement de la licence (619 millions d’euros), une condition au départ posée par Iliad (Free) qui jusqu’à aujourd’hui était le seul candidat officiel à cette licence.

Selon La Tribune, qui cite une source d’un cabinet ministériel, Bercy pourrait en effet assouplir les conditions de paiement de la licence, comme le demande Free depuis des mois. Un texte modifiant ces conditions serait même en préparation.

Selon les Echos, le sénateur Pierre Hérisson a même déposé l’amendement permettant d’envisager une modification des modalités financières d’attribution de cette licence.

Tout se mettrait donc en place pour permettre l’émergence de un ou deux candidats. Car outre l’instauration d’une meilleure concurrence (les trois opérateurs en présence contrôlent 96% du marche), un 4e opérateur remplirait les caisses de l’Etat (prix de la licenceet 1% du chiffre d’affaires annuel généré par les services 3G).

Pour le moment, l’Elysée souligne qu “aucun texte n’a encore été soumis à l’arbitrage du président, qui prendra seul cette décision stratégique”.

Si les conditions sont effectivement modifiées, Neuf cegetel pourrait donc bien venir concurrencer la candidature de Free. Mais ces modifications poseront différents problèmes. Un étalement du paiement pour Free (ou pour un autre) provoquera certainement un tollé chez les opérateurs qui n’ont pas eu le droit à ce régime de faveur. En octobre, le président du directoire de Vivendi (maison mère de SFR) Jean-Bernard Lévy menace “Il est certain que nous examinerions très attentivement la situation d’un point de vue juridique”. De son côté, Frank Esser, p-dg de SFR a indiqué que son groupe exigerait également des assouplissements si Free obtenait gain de cause…

Par ailleurs, SFR est actionnaire de Neuf Cegetel à hauteur de 40%. Si Neuf décroche la licence, SFR en contrôlera indirectement deux. Pour dynamiser la concurrence, on fait mieux…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur