5G : Huawei (à moitié) qualifié ?

5GOperateursRéseaux
5g-huawei-anssi

Selon Reuters, l’Anssi va autoriser l’équipementier Huawei à participer au déploiement des réseaux 5G en France, à l’exception de sa technologie de coeur de réseau sur laquelle il est très compétitif.

L’Anssi va autoriser les équipements Huawei dans les réseaux 5G français…sauf pour le coeur de réseau affirme Reuters qui cite deux sources « qui ont requis l’anonymat ».

“Ils ne veulent pas interdire Huawei mais le principe est : ‘il faut les sortir des coeurs de réseau’” explique l’une d’elles.

L’agence de presse précise que  » L’Anssi et le ministère de l’Economie n’ont pas souhaité faire de commentaire sur ces informations. »

Attendu fin février, la décision de l’ Anssi, rattachée à Matignon, n’est toujours pas connue mais elle doit livrer une liste d’équipementiers avec lesquels les quatre opérateurs français seront autorisés à déployer leur réseau  la 5G. 

L’équipementier chinois est depuis de long mois mis en cause par plusieurs gouvernements, en particulier l’administration Trump, sur une supposée soumission au gouvernement de Pékin, faisant courir des risques sur la confidentialité des données qui circulent sur les réseaux 5G sur lesquels sont déployées ses technologies.

Du côté de Huawei, la position est invariablement la même : « Exclure Huawei de la 5G nuirait aux intérêts de toute l’industrie française. » affirme Lin Han, la dirigeante de la filiale française.

SFR, Bouygues Telecom et Free veulent Huawei

Elle a récemment confirmé que SFR et Bouygues Telecom souhaitaient construire leur réseau 5G avec Huawei, et dévoilé que Iliad, maison mère de Free Mobile, a également déposé  » une demande d’autorisation pour nos équipements 5G ».

Chez le leader Orange, le choix s’est porté sur Nokia et Ericsson, déjà fournisseurs des réseaux 2G/3G/4G de l’opérateur historique. Les deux équipementiers vont se partager le marché selon la répartition  géographique actuelle en cours sur les réseaux 2G/3G/4G : à Nokia les régions Ouest et Sud-Est tandis qu’Ericsson équipera  les régions Ile de France, Nord-Est et Sud-Ouest.

Lors de sa présentation des voeux à la presse le 23 janvier, Stéphane Richard, son P-DG avait indiqué : « Je suis contre l’exclusion de Huawei » en évoquant les pressions de Donald Trump pour exclure l’équipementier chinois des futurs réseaux 5G, en particulier en Europe.

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT