5G : Huawei prêt à un pacte avec l’Europe et le Royaume-Uni

5GRégulationsRéseaux

Huawei s’engage à signer un accord avec les pays européens stipulant qu’il n’y a aucun système d’espionnage et de backdoors dans son matériel 5G.

La Grande-Bretagne hésite sur le traitement de Huawei 

 
Une démarche pour répondre aux Etats-Unis qui mettent la pression sur les pays européens afin de le bannir du marché 5G dans leurs pays. 
 
La Grande-Bretagne est toujours indécise sur le choix de l’équipementier pour la construction de ses réseaux 5G. Les autorités sont actuellement en train de contrôler le matériel de Huawei pour vérifier s’il correspond bien aux impératifs de sécurité et de résilience des réseaux de télécommunication sur le territoire. Les résultats de l’étude devraient être annoncés prochainement. 

Les Etat-Unis vont-ils bannir Huawei ?

 
De leur côté, l’Allemagne et la Belgique ont annoncé que Huawei serait autorisé à participer aux appels d’offre pour la construction de leur réseau 5G.
 
La France reste dubitative sur les capacités d’espionnage des matériels prévus pour délivrer la 5G et l’ANSSI garde l’oeil sur le chinois en attendant de prendre une décision définitive.
 
Selon Reuters,  qui des sources proches du dossier, Donald Trump s’apprêterait à signer un décret interdisant aux entreprises de son pays « d’utiliser des équipements de télécommunication fournis par des groupes représentant une menace en termes de sécurité nationale, ce qui ouvrira la voie à un bannissement du chinois Huawei ».
 
Plusieurs fois évoqué par le passé, ce décret ne devrait pas nommément citer le nom de Huawei et de la Chine.
 
Lire aussi :