Pour gérer vos consentements :

5G : l’Allemagne et la Belgique adoubent Huawei

Dans le  collimateur des Etats-Unis et de l’ Australie qui refusent sa technologie pour équiper leur réseau 5G , Huawei vient de trouver du réconfort en Europe.

Sous la pression du gouvernement Trump, l’Allemagne avait néanmoins refusé d’exclure le groupe chinois de l’appel d’offres pour le construction du réseau 5G .

Le régulateur des télécoms – Bundesnetzagentur –  a confirmé sa position au Financial Times ce dimanche : « Il n’y a pas de fournisseur d’équipement, ce qui inclut Huawei, qui devrait ou pourrait être spécifiquement exclu », selon Jochen Homann, son président. « Huawei détient un nombre important de brevets dans ce secteur. Si Huawei était exclu du marché, cela pourrait retarder le lancement du réseau » explique-t-il en précisant qu’aucun indice  concert n’avait pu être pointé contre l’équipementier.

La Belgique n’a rien trouvé contre Huawei

De son côté, la Belgique vient d’expliquer qu’elle n’avait pas trouvé de preuve indiquant que les équipements Huawei sont utilisés à des fins d’espionnage par la Chine.

C’est en tout cas l’avis donné par le centre belge pour la cybersécurité (CCB) après plusieurs mois d’enquête.

Pour le moment, le gouvernement ne s’est pas encore prononcé sur ces positions vis à vis de Huawei.

La France, quant à elle, reste dubitative sur les capacités d’espionnage des matériels prévus pour délivrer la 5G et l’ANSSI garde l’oeil sur le chinois en attendant de prendre une décision définitive.

Samsung en frontal sur la 5G

Cette mise au ban de Huawei profite à Samsung.

Reuters a révélé que le fabricant sud-coréen a été choisi par Orange pour les phases d’expérimentation de la 5G, et ça ne concerne pas que la France puisque l’opérateur historique est présent sur 27 marchés.

Plus globalement, Samsung a décidé de rattraper son retard sur Huawei, mais aussi Nokia et Ericsson en matière d’équipements et d’infrastructures.

« Samsung est en train de faire un gros effort en Europe en ce moment » témoigne une source anonyme à Reuters, alors que selon le cabinet Dell’Oro Group, le sud-coréen ne représente que 3% du marché mondial des infrastructures de télécommunications, contre 28% pour Huawei.

Au total, le géant coréen prévoit d’investir 22 milliards de dollars sur trois ans, et notamment dans la 5G et des discussions sont en cours pour se positionner sur l’immense marché que représente l’Inde, tandis que des contrats ont déjà été passés avec AT & T, Verizon et Sprint aux Etats-Unis.

Recent Posts

Collaboratif : Jamespot étoffe son portefeuille avec Diapazone

L'éditeur logiciel français Jamespot ajoute la brique d'orchestration de réunions Diapazone à son offre collaborative…

1 jour ago

Gestion des secrets : pourquoi les équipes DevOps sont à la peine

Les pratiques DevOps de gestion des secrets d'une majorité d'organisations ne sont pas normalisées et…

1 jour ago

Visioconférence : qui sont les principaux fournisseurs ?

Qui sont les têtes d'affiche de la visioconférence et qu'attendre de leurs offres ? Éléments…

1 jour ago

Fargate : une nouvelle étape dans la transition Arm d’AWS

Le moteur serverless Fargate vient allonger la liste des services AWS exploitables avec les instances…

1 jour ago

Ransomware : l’essor de la cybercriminalité en tant que service

En France, le nombre d'attaques par rançongiciels (ransomwares) a augmenté de 255% en une année,…

1 jour ago

Sécurité du cloud : Google dresse un état des lieux

Le détournement de ressources cloud, par quels moyens et à quelles fins ? Un rapport…

2 jours ago