Pour gérer vos consentements :
Categories: 5G

5G : quels opérateurs mènent la danse en France ?

Quelle réalité commerciale pour la 5G en France ? L’Arcep a publié des données qui en rendent compte sous deux angles : le nombre de sites ouverts et leur localisation. Elles englobent les réseaux publics des quatre « grands » opérateurs.

Dans l’absolu, Free Mobile caracole en tête des déploiements. Au 15 décembre 2020, son réseau commercial comptait 5303 sites. Celui de Bouygues Telecom en regroupait 1344 ; celui d’Orange, 646 ; celui de SFR, 278.

Cependant, sur ces 5303 sites, seule une petite partie (221, soit environ 4 % du parc) fonctionne sur la bande de fréquences à 3500 MHz, spécifique à la 5G. Le reste utilise les fréquences à 700 et 800 MHz, initialement attribuées à la 4G.

Les trois autres opérateurs ont fait de même, mais sur d’autres bandes de fréquences. En l’occurrence, 1800 MHz (à l’origine pour la 2G) et 2100 MHz (pour la 3G).

Bouygues Telecom y a recouru pour la quasi-totalité de son parc actif. Il y a assorti, sur une centaine de sites, un déploiement à 3500 MHz.
SFR, au contraire, a opté pour des déploiements monofréquences : sur ses 278 sites, 97 fonctionnent à 3500 MHz et les 181 autres, à 1800 ou 2100 MHz.
Orange est le seul à avoir déployé en majorité à 3500 MHz. Pour 73 % de son parc en l’occurrence*.

Disparités régionales

Que permettent de constater les cartes de couverture ? Entre autres, que :

  • Seules trois régions sont pour l’heure servies par les quatre opérateurs : Île-de-France, Occitanie et Provences-Alpes-Côte-d’Azur
  • Free est le seul à commercialiser de la 5G en Bretagne, en Centre-Val de Loire et en Corse
  • La « présence » d’un opérateur dans une ville se résume parfois à un site ouvert : Orange à Lyon, SFR à Melun, Bouygues Telecom à Clermont-Ferrand…

De manière générale, les stratégies de déploiement diffèrent d’autant plus que les régions sont peuplées. Illustration en Île-de-France. Orange se concentre sur la petite couronne de Paris ; SFR, sur la banlieue nord-est, tandis que Bouygues Telecom voit plus large, sauf en Seine-et-Marne.

Free fait essentiellement la différence dans les villes moyennes. Il est le seul à commercialiser la 5G à Bourges, Chambéry, Chaumont, Laon, La-Roche-sur-Yon, Mâcon, Mont-de-Marsan, Saint-Lô, Tarbes, etc.

L’Arcep publie, en parallèle, des données sur la 4G+. Y sont inclus les sites qui offrent au minimum un débit de 240 Mbit/s. La couverture est bien plus homogène. Orange affiche 16 186 sites au compteur ; Free, 15 004 ; SFR, 12 846 ; Bouygues Telecom, 11 606.

* Orange en appelle à différencier la « vraie » 5G à 3500 MHz de la « fausse » 5G déployée sur d’autres bandes.

Illustration principale via visualhunt.com

Recent Posts

HTTPA : vers une attestation d’intégrité sur TLS ?

Greffer à HTTPS un mécanisme d'attestation de l'intégrité des environnements d'exécution : c'est l'idée de…

7 heures ago

Microsoft : qui affiche les rémunérations les plus élevées ?

Satya Nadella, Christopher Young, Amy Hood... Le top management de Microsoft bénéficie à plein de…

8 heures ago

Des Surface Pro sujettes à une faille TPM

Microsoft alerte sur une faille qui permet de faire passer pour sain un appareil qui…

13 heures ago

Capella : la nouvelle ombrelle DBaaS de Couchbase

Changement de marque pour l'offre Couchbase Cloud, qui devient Capella et gagne une option supplémentaire…

15 heures ago

Les 12 tendances Tech à suivre en 2022, selon Gartner

L'intelligence artificielle générative et la "data fabric" font partie des grandes tendances technologiques mises en…

1 jour ago

Cybersécurité : est-il efficace de multiplier les outils ?

Plus de la moitié des centres opérationnels de sécurité d'entreprises croulent sous les alertes émanant…

1 jour ago