Le travail multitâche à l’ère numérique sert la productivité, pas l’écoute

L’étude du cabinet de conseil Accenture publiée en amont de la journée internationale des femmes est centrée cette année sur l’écoute, la formation et le leadership à l’ère numérique (#listenlearnlead). Le sondage (IWD 2015 Survey) a été réalisé en novembre 2014 auprès de 3 600 professionnels, employés et dirigeants – femmes et hommes – dans 30 pays, dont la France.

Plus productifs, mais moins audibles

98% des répondants dans le monde déclarent consacrer une partie de leur journée de travail à l’exécution simultanée de tâches multiples (rédiger un email et répondre au téléphone en même temps, par exemple) et 96% assurent disposer de bonnes capacités d’écoute. Toutefois, pour 64% des personnes interrogées (57% en France) « être à l’écoute » est devenu « plus difficile » dans l’environnement de travail numérique actuel. Pour une majorité, le travail multitâche (multitasking) est synonyme de productivité, un avis qui est loin de faire l’unanimité…

La messagerie instantanée plébiscitée ?

36% des personnes interrogées (26% en France) déplorent des interruptions intempestives qui perturbent à la fois leur concentration et le travail en cours. Les causes les plus fréquemment citées sont les appels téléphoniques (79%) et les réunions ou visites impromptues (72%). Ils sont largement plus cités que les messages instantanés (30%) ou les SMS (28%). Lors d’une conférence téléphonique, par exemple, 80% des salariés effectuent d’autres tâches : l’envoi ou la lecture d’un email professionnel (66%), la rédaction d’un message instantané (35%), le traitement du courriel personnel (34%), la visite de médias sociaux (22%) et la lecture de journaux en ligne ou magazines (21%).

Davantage de femmes CTO en 2030

À l’ère du « tout connecté », 52% des répondants (66% en France) estiment que l’adaptation à l’évolution rapide des technologies est l’un des principaux défis à relever pour les dirigeants. Parmi eux : des directeurs des systèmes d’information (DSI/CIO), des administrateurs de données (CDO) et des directeurs des technologies (CTO), mais encore trop peu de femmes. Pour 71% des répondants, elles seront plus nombreuses à occuper le poste de CTO d’ici 2030. L’administration Obama a elle-même nommé une femme, Megan Smith, « Chief technoloy officer » des États-Unis l’an dernier.

Lire aussi :
Le numérique une opportunité mal perçue par le top management français
L’affaire Barbie stigmatise les stéréotypes des femmes et l’IT

crédit photo © olly – Fotolia.com