Accord Red Hat – Microsoft : premières certifications de virtualisation dévoilées

Logiciels

Suite à l’accord signé en février dernier, qui concernait le marché de la virtualisation, Red Hat et Microsoft dévoilent des certifications et une offre de support conjointe.

Red Hat et Microsoft ont signé un accord d’interopérabilité en février 2009. Celui-ci visait à certifier les OS des deux éditeurs sur leurs solutions de virtualisation respectives.

Aujourd’hui, les deux compagnies ont terminé leur phase de tests croisés et proposent diverses certifications, associées à une offre de support conjointe. Le couple Red Hat Enterprise Linux 5.4 (RHEL) et KVM supporte ainsi officiellement les hôtes Windows Server 2003, 2008 et 2008 R2. Chez Microsoft, les RHEL 5.3 et 5.4 pourront fonctionner sous Windows Server 2008 ou 2008 R2, assistés d’Hyper-V, ou sous Hyper-V Server 2008 et 2008 R2.

« En conférant à nos clients une plus grande liberté de choix et en améliorant l’interopérabilité de leurs environnements de virtualisation, nous leur permettons de déployer des environnements de virtualisation Red Hat/Microsoft mixtes, couverts par des services de support coordonné », s’enthousiasme Mike Evans, vice-président en charge du développement chez Red Hat.

Même constat chez Microsoft : « Il s’agit d’une avancée majeure pour nos clients, partenaires et hébergeurs, qui vont pouvoir proposer à leurs clients les meilleurs systèmes d’exploitation x86 virtualisés pour exécuter leurs applications », commente Mike Neil, directeur général de la division Windows Server and Server Virtualization chez Microsoft.« Grâce à nos services de support conjoints pour les environnements de virtualisation Microsoft/Red Hat, nos clients vont pouvoir déployer services et nouvelles applications en toute confiance », ajoute-t-il.

___

Valeur commerciale de la virtualisation : exploiter les avantages de solutions intégrées Comment alléger les coûts directement, grâce à une réduction immédiate des coûts d’alimentation et de refroidissement, et indirectement, grâce à une réduction des coûts d’administration associés au matériel de serveur et aux couches de gestion des logiciels d’infrastructure ? Téléchargez gratuitement l’analyse d’IDC qui présente les avantages du passage à une infrastructure virtualisée en termes de réduction des coûts informatiques. Pour télécharger le livre blanc, cliquez ici.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur