Pour gérer vos consentements :

Acquisition d’Anobit par Apple : Hynix et Micron se tournent vers Taïwan

La firme de Cupertino aurait consenti à débourser une somme comprise entre 400 et 500 millions de dollars pour l’acquisition d’Anobit. La société basée à Herzeliya en Israël a commencé dans le domaine des SSD en 2006 et s’est ensuite faite une solide réputation dans celui des microcontrôleurs de mémoires flash à portes NAND. A tel point qu’elle dispose d’un portefeuille client fourni.

Apple flashe sur la technologie d’Anobit

La finesse de gravure et le type de mémoire ‘flash’ – SLC (Single Cell Layer permettant le stockage d’un bit par cellule), MLC (Multi Level Cell avec sa densité de deux bits par cellule) ou encore TLC (Triple Level Cell permettant de stocker trois bits par cellule) – sont étroitement liés à l’évolution des mémoires de type flash. Mais les microcontrôleurs qui régissent les cycles de lecture et d’écriture n’en restent pas moins la clef de voute. Et à ce petit jeu, la société SandForce récemment acquise par LSI est passée maître en la matière avec sa technologie DuraClass, des algorithmes propriétaires. Mais Anobit a également acquis un réel savoir-faire dans ce domaine.

Elle s’appuie sur la technologie MSP (Memory Signal Processing) qu’elle a elle-même développée et qui permet d’accroître la durée de vie de la flash ainsi que ses performances tout en diminuant le coût par bit. Anobit promet l’endurance de la SLC avec les performances de la MLC et l’endurance de la MLC avec les performances de la TLC. La technologie d’Anobit se retrouve déjà gravée dans le silicium de ses microcontrôleurs MSP2020 développés en collaboration avec la société coréenne Hynix. Ces puces sont d’ailleurs déjà embarquées dans des produits Apple tel que des iPhone, iPad ou encore MaBook Air.

Sociétés cherchent microcontrôleur pour flash

Apple devient donc de facto le propriétaire exclusif de cette technologie. Et s’il est trop tôt pour savoir si les liens tissés par Anobit avec d’autres sociétés seront balayés d’un revers de main, le coréen Hynix tout comme Micron auraient déjà commencé à se tourner vers d’autres sociétés basées à Taïwan. Selon Digitimes, il pourrait s’agir de Phison Electronics, Silicon Technology et Skymedi.

Apple a désormais l’avantage de disposer d’un seul fournisseur pour les microcontrôleurs de sa mémoire ‘flash’. Et cela pourrait se faire au détriment des autres clients de la société israélienne. Il leur faudra dès lors trouver rapidement un autre fournisseur capable de proposer un microcontrôleur offrant les mêmes vertus.

Recent Posts

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

3 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

3 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

5 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

7 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

21 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

24 heures ago