Adobe Flash Catalyst : partir du design pour développer l'application

Logiciels

Les nouvelles versions de Flash Catalyst et Builder visent à accélérer significativement les développements d’applications Internet riches.

Une part de plus en plus conséquente dans le développement des applications Internet riches (RIA) revient au designer. C’est du moins la tendance qu’insufflent les principaux éditeurs de solutions de RIA. Alors que Sun Microsystem a dévoilé la nouvelle version de JavaFX, Adobe annonce de nouvelles versions des composants de sa “Flash Plateform”.

Pour le moment proposées en version bêta 1, Flash Builder 4 (qui remplace Flex Builder) et Flash Catalyst 4 sont disponibles depuis le “labs” d’Adobe. Flash Builder s’adresse aux développeurs pour leur permettre de créer des applications Internet riches (RIA). Flash Catalyst permet aux designers de composer des interfaces applicatives sans programmation. Les deux outils reposent sur l’environnement de développement (framework) open source Flex 4. Les deux composantes assurent un workflow entre les développeurs et designer.

L’objectif est évidemment d’améliorer le développement d’applications riches qui seront exécutées en Flash depuis un navigateur ou dans l’environnement d’exécution AIR. Notamment en permettant au designer de présenter une interface fonctionnelle au développeur qui n’aura “plus qu’à” ajouter d’éventuelles fonctionnalités et intégrer l’application avec les serveurs de données pour rendre le projet opérationnel. Ce schéma idéal de fonctionnement est soutenu par la nouvelle version de Flash Catalyst.

“Dans 90 % des cas, les développements se font sur un style par défaut et le design final est appliqué en fin de projet. Ce n’est pas en phase avec la logique de développement des RIA”, déclare Michael Chaize, développeur consultant chez Adobe, l’idée est de partir du design pour développer l’application.”

C’est la réflexion qui a été menée sur Catalyst. La nouvelle version permet facilement au designer de partir d’une maquette graphique (Photoshop, Illustrator) pour appliquer les fonctions aux différents objets de l’interface. Catalyst assure, à l’importation de la maquette graphique, la séparation des skins pour générer une représentation XML des objets (champs de données, composants interactifs, etc.) et génère automatiquement le code, commenté, pour le framework Flex à partir de “questions” posées par l’application. Ce qui permet notamment de réutiliser le code indépendamment de l’interface visuelle. “Flash Catalyst permet de formuler une maquette vivante qui prépare les contraintes de développement”, résume le porte-parole d’Adobe.

En améliorant l’interaction entre le développeur et le designer, Catalyst et Builder visent donc à optimiser la production des applications mais aussi leur qualités ergonomiques. Difficile cependant d’évaluer le gain de temps qu’offrirait la solution. Selon Michael Chaize, un annuaire d’entreprise qui demandait plusieurs heures de développement pourra se réaliser en quelques dizaines de minutes. La version finale de Flash Builder 4 est attendue pour la fin de l’année. Flash Catalyst 4 devrait arriver au premier trimestre 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur