Adobe révolutionne la 3D via PDF

Logiciels

Avec Acrobat 3D Version 8 d’Adobe, la 3D s’invite sur les fichiers et le
lecteur PDF

Adobe Acrobat 3D Version 8 passe en bêta générique, avant d’être disponible au cours de l’été. Objectif affiché d’Adobe : démocratiser l’accès à la 3D via son format de fichier standard PDF.

Au moment ou Microsoft pointe son nez sur les formats ‘universels’ de documents, Adobe, qui possède une sérieuse avance mais n’est pas à l’abri de la force commerciale et marketing du numéro un mondial des logiciels, affine et décline sa stratégie sur son format PDF.

Celui?ci, avec 89 % des postes connectés à la toile qui disposent d’un lecteur PDF ‘Adobe Reader‘, est déjà un standard de facto. C’est aussi un standard ISO via PDF/A pour les archives et PDF/X pour la publication. PDF/E pour l’engineering, en cours de certification, devrait suivre. Et Adobe est même allé plus loin en annonçant qu’il soumettra PDF 1.7 à l’ISO afin d’en faire un standard ouvert?

Pour autant, il restait un domaine sur lequel Acrobat buttait : la 3D. Certes, PDF reconnaît et intègre les designs en 2D. Mais l’instantané 2D d’un produit ne remplacera jamais un reproduction en 3D que l’on peut faire tourner, pénétrer et décortiquer si nécessaire.

Partant de ce constant, Adobe a acquis en avril 2006 une société française, TTF (Trade Technologies France), qui a développé une technologie de compression et d’affichage des fichiers 3D sans passer par les applications de CAD. C’est cette technologie qui aujourd’hui est au c?ur de la visualisation 3D intégrée à Acrobat 3D.

Pour comprendre l’intérêt de l’annonce d’Adobe, il faut tout d’abord rappeler que pour afficher et manipuler un objet 3D avec toutes les données qui lui sont affectées, il faut disposer de l’application qui a permis de le réaliser, ou alors si l’on dispose d’une application concurrente, d’un traducteur. Soit quelques dizaines ou centaines de milliers d’euros en perspective?

Avec cette restriction, rares sont les services de l’entreprise qui en d ehors du design industriel peuvent accéder à cette information pourtant essentielle? Quid de la chaîne d’approvisionnement, souvent de la fabrication, presque toujours du commercial et des services. Pourtant un accès au fichier 3D pourrait être une véritable source à la fois de contrôle et de précision, de réduction du temps de mise sur le marché et des coûts, tout en apportant une qualité dans la relation avec tous les membres de la chaîne !

Et c’est ici que l’intégration de la 3D dans le format de fichier PDF pourrait bien révolutionner l’accès à la représentation des objets en trois dimensions. Acrobat 3D est en effet basé sur Acrobat Pro, ce qui permet de créer des fichiers PDF, mais aussi des formulaires, des documents, mais également d’adopter des stratégies de collaboration.

Via l’acquisition de TTF, Adobe a complété son produit avec la conversion de la majorité des applications CAD ? Dassault Systèmes Catia V5, PTC Pro/E, UGS NX, Solidworks, pour ne citer que les principaux – au format PDF avec un taux de compression qui peut dépasser les 1:150 ! Et les objets 3D peuvent être explorés, animés, éclairés, texturés, découpés, etc., directement dans Adobe Reader.

Si l’importation est puissante, l’exportation peut aussi s’effectuer à partir du contenu PDF vers des formats dit ‘neutres’, donc en théorie reconnus par tous, comme le STEP qui est ISO, l’IGES ou encore Parasolid. Et la conversion respecte précisément la géométrie et le PMI (Product Manufacturing Information), les informations associées à un objet, comme ses cotations et l’arbre d’assemblage.

Puisqu’il s’agit bien d’un produit Acrobat, la 3D Version 8 permet également de concevoir une documentation, en associant par exemple un tableau de pièces Excel, une description Word, etc., et les images 3D sous un même document PDF. L’aspect collaboratif est aussi maintenu, avec en particulier la possibilité pour le lecteur (Adobe Reader) d’afficher les couches, les composants, d’annoter, et même de découper l’objet en tranches.

Que peut en attendre l’entreprise ? De disposer tout d’abord d’un outil génétique et gratuit de visualisation de ses designs en 3D, via la génération de fichiers PDF intégrant la 3D, et bien évidement la présence d’Adobe Reader. “PDF est partout et tout le monde utilise Adobe Reader“, nous a rappelé Rak Bhalla, directeur marketing senior de la division Knowledge Worker d’Adobe.

Ainsi la représentation d’une pièce en 3D peut être très facilement expédiée et lue par tous les membres de la chaîne de production, sans qu’il soit nécessaire de disposer de versions des applications CAD. L’économie envisageable est substantielle ! L’interopérabilité est aussi accessible via la possibilité de générer avec la géométrie des fichiers STEP ou IGES ‘neutres’ mais de grande précision à partir du PDF, qui seront lus par les applications CAD.

Ceci avec des tailles de fichiers réduites, et surtout en toute sécurité puisque tous les modules de sécurisation des données d’Acrobat Pro sont inclus dans Acrobat 3D. Cet aspect de sécurité est essentiel pour l’entreprise, Adobe ne l’a pas oublié.

Adobe Acrobat 3D Version 8 pourrait bien être le chainon manquant qui va enfin permettre à l’entreprise de démocratiser auprès de tout son écosystème ses productions de designs 3D. La révolution 3D est en marche et Adobe nous permet d’y goûter à partir d’un simple ‘reader’ PDF. Etonnant et puissant?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur