Rapport Gallois : L’Afdel prône l’unité numérique nationale

Régulations

L’Association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet (AFDEL) a rendu publique sa contribution au rapport Gallois sur la compétitivité des entreprises en France.

En amont de la publication du rapport de Louis Gallois sur la compétitivité des entreprises françaises, l’Association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet (AFDEL) présidée par Jamal Labed, a rendu publique, lundi, sa contribution aux travaux de l’industriel.

L’impact du numérique sur l’innovation

Bien que l’Afdel partage le constat de la faible compétitivité prix de l’industrie française, elle s’inquiète « des conséquences du tassement des marges sur la capacité d’investissement et d’innovation ».

« Focaliser son attention sur le coût du travail reviendrait à adopter une analyse tronquée de la situation », a déclaré Jamal Labed par voie de communiqué. Avant d’ajouter : « Les Allemands eux-mêmes, au-delà du dumping salarial pratiqué ces dernières années à l’échelle de l’Europe, attribuent leur compétitivité à d’autres facteurs, et notamment l’innovation. La compétitivité aujourd’hui, c’est nous, l’écosystème numérique. »

L’organisation souligne, par ailleurs, que « les nations les plus compétitives, à l’instar de la Corée qui a dépassé la France dans le classement du World Economic Forum, sont toutes dotées d’une stratégie numérique nationale ».

Prêchant pour sa paroisse, l’organisation observe que la filière édition de logiciels en France « est un exemple concret de filière compétitive, avec une croissance de 3,7 % pour 2011, des investissements en R&D d’une moyenne de 25 %, des activités peu délocalisables, et des embauches croissantes de techniciens et cadres ».

Elle ajoute que le secteur constitue une activité industrielle à part entière, arguant que « 1/3 du coût global d’un avion est aujourd’hui lié aux logiciels embarqués ; le logiciel représente 30 % de la valeur d’une automobile ».

L’Afdel souhaite, en outre, que le secteur soit considéré comme une filière d’excellence qui participe pleinement au redressement productif de la France.

Innovation et financement

Forte de sa propre expérience, l’Afdel réaffirme la validité de ses 20 propositions pour réindustrialiser la France, et préconise les mesures suivantes pour permettre à ses entreprises d’être plus compétitives :

La compétitivité par le numérique

  • Proposer via les OPCA des modules de formation adaptés dans les entreprises ;
  • Développer des solutions innovantes pour associer les éditeurs et opérateurs à la modernisation de l’État ;
  • Dynamiser les territoires à travers des « clusters » thématiques ;
  • Déployer une infrastructure numérique de très haute qualité (fibre optique) ;

Une meilleure compétitivité pour le secteur numérique

  • Ouvrir un dialogue entre l’Éducation nationale, l’Enseignement supérieur et les partenaires sociaux de la branche ;
  • Réorienter vers la filière les mécanismes de financement tels la BPI, les FCPI et l’ISF-PME, le CIR et la JEI ;
  • Offrir une stabilité réglementaire et fiscale ;
  • Améliorer l’accès à la commande publique.

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur