Pour gérer vos consentements :

Affaire Prism : fronde des mathématiciens contre les services de renseignement

Tom Leinster, mathématicien à l’université d’Édimbourg aux Royaume-Uni (en Écosse pour être plus précis), vient de publier un billet d’opinion sur le média NewScientist. Il appelle la communauté des mathématiciens à prendre ses responsabilités vis-à-vis de l’espionnage de masse opéré par les agences de renseignement américaines (NSA) et anglaises (QCHQ).

« Ces organisations sont accusées d’avoir violé la loi à une échelle industrielle et sont maintenant l’objet d’une indignation généralisée. Comment la communauté des mathématiques a répondu ? En grande partie en l’ignorant », explique-t-il.

La NSA employeur numéro un de mathématiciens

Et pourtant, rappelle Tom Leinster, la NSA affirme être le plus gros employeur de mathématiciens aux USA. Chose qui vaut probablement pour le GCHQ sur le territoire britannique et pour nombre d’autres agences de renseignement de par le monde. « Certains mathématiciens travaillent pour ces organismes à temps plein. D’autres le font pendant les vacances d’été ou dans le cadre de congés sabbatiques de leurs emplois universitaires », précise-t-il.

C’est bien entendu dans le domaine du chiffrement des données que les mathématiciens sont le plus souvent utilisés par les agences de renseignement. Principalement en aidant à affaiblir les algorithmes de chiffrement employés sur la Toile.

« Les mathématiciens sont rarement confrontés à des questions éthiques. Nous apprécions le sentiment que ce que nous faisons est séparé du monde réel. […] Cette idée ne tient plus. Les mathématiques ont clairement des applications pratiques qui sont très pertinentes dans le monde moderne, et pas seulement pour le chiffrement sur Internet. »

Les mathématiciens doivent-ils continuer à collaborer ?

Tom Leinster en appelle à une discussion au sein de la communauté des mathématiques. Il appuie également la position d’Alexander Beilinson, mathématicien à l’université de Chicago, en faveur d’un changement culturel visant à rendre la collaboration avec les agences de renseignement « socialement inacceptable »… de la même façon que travailler pour le KGB était devenu socialement inacceptable en URSS.

Un mouvement de fond qui a par ailleurs largement été initié par la fronde anti-NSA, laquelle est venue en réponse aux révélations d’Edward Snowden (voir « Ce que les espions de l’Amérique savent de nous… » et « NSA : les 5 enseignements des dernières révélations de Snowden », ainsi que notre dossier « Tout sur l’arsenal secret des espions de la NSA »).

« Il faut toutefois reconnaître que ce choix est le nôtre. Nous somme en premier des êtres humains et en second des mathématiciens. Si nous n’aimons pas ce que les services secrets font, nous ne devrions pas coopérer. »

Crédit photo : © Vasilius – Fotolia.com


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Edward Snowden et la NSA

Recent Posts

ESN : DXC cherche (encore) à se vendre

DXC Technology confirme des discussions avec un "sponsor financier". La société de capital-investissement BPEA serait…

2 heures ago

Cybersécurité : pourquoi Pradeo s’offre la start-up rennaise Yagaan

En prenant le contrôle de Yagaan, Pradeo dit engager la consolidation entre acteurs français de…

5 heures ago

6 casques VR pour le métavers d’entreprise

Quelles portes d'entrée dans les métavers B2B ? Côté casques, voici six modèles d'autant de…

5 heures ago

ESN 2022 : le top 10 en France

L'année 2021 est marquée par une croissance de 12 % pour les ESN et ICT,…

6 heures ago

OpenStack assouplit sa politique de saut de version

OpenStack va simplifier le basculement entre des versions majeures non consécutives, avec les mêmes garanties…

9 heures ago

5 scale-up françaises de cybersécurité à retenir

De Ledger à HarfangLab, des entreprises et start-up françaises de sécurité cyber et protection de…

1 jour ago