Afrique, espoir : la ‘high tech’ repart, mobiles en tête

Régulations

Dans le rapport annuel de l’OCDE sur “Les perspectives économiques de l’Afrique”, affleurent heureusement quelques bonnes surprises. La croissance est soutenue à +5%

L’Afrique ne va pas si mal. La croissance s’y maintient depuis quelques années (+ 5 % en 2004). Aidé par la hausse du prix des matières premières et par quelques réformes macroéconomiques judicieuses, le continent noir ouvre quelques pistes d’optimisme. La récente décision du FMI et du G7 annonçant la suppression de la dette des pays les plus endettés va encore embellir le bilan de l’Afrique et laisser espérer que ce continent, à la traîne de tous les autres, prenne enfin le chemin du développement. Même si l’Afrique semble ne pas profiter directement de l’embellie mondiale -ou tout du moins pas à la même hauteur que l’Asie-, la forte demande de ressources a une incidence positive sur le continent. Pétrole, métaux, cacao, autant de sources de devises importantes pour de nombreux pays africains. Le

potentiel de développement des nouvelles technologies reste important. Le rapport traite relativement peu des technologies de l’information. Mieux vaut se reporter au document produit par l’UIT (Union Internationale des Télécommunications, sise à Genève, relevant des Nations Unies) «Indicateurs des télécommunications africaines». Ce rapport recense les travaux entrepris pour soutenir «la croissance numérique» et explique combien le continent africain est celui qui bénéficie de “la plus grande croissance du secteur des télécommunications” (+65% par rapport aux 33% de moyenne mondiale de croissance des parcs de mobiles). (*)Consultant opérateurs télécoms(denis.deleard@stido.net)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur