Alcatel a trouvé son d-ga, dauphin: l’australien Mike Quigley

Cloud

Comme pressenti depuis quelques jours, c’est bien Mike Quigley qui vient seconder Serge Tchuruk comme directeur général adjoint. Une nomination qui devrait rassurer

Une certaine suprise, même si dans les hautes sphères du groupe, son nom circulait et ne laissait pas de doute sur la digrâce qui affectait Philippe Germond depuis quelque temps déjà.

Mike Quigley a débuté sa carrière en 1971 chez ITT Australia , au moment où il achevait sa formation. Ce n’est pas un homme d’appareil, mais un homme de terrain, industriel. Il a consacré 10 ans de sa carrière à la recherche et au développement. Dans les années 80, il a évolué vers des postes de direction du marketing et des ventes. Au moment où ITT Australia a été racheté par Alcatel, il a été impliqué dans le développement ou la commercialisation de tous les produits ou presque d’Alcatel, depuis les terminaux, les réseaux jusqu’aux systèmes optiques des câblages sous-marins. En 1996, il avait été nommé directeur général d’Alcatel en Australie et Nouvelle Zélande, puis CEO d’Alcatel Etats-Unis, puis président d’Alcatel Amérique du Nord. Son nouveau titre exact est directeur général adjoint du groupe, “president & COO”. “Aux côtés de Serge Tchuruk, Mike Quigley supervisera plus particulièrement les activités télécoms du groupe, orientées vers les marchés opérateurs et entreprise”, est-il indiqué dans le communiqué. Pour Serge Tchuruk, patron de l’équipementier, “Mike Quigley est aujourd’hui une personnalité reconnue du monde des télécoms. Il possède également une profonde connaissance de notre entreprise. Je lui apporterai tout le soutien dont il pourrait avoir besoin dans ses nouvelles fonctions”. Il remplace donc Philippe Germond qui a démissionné le 8 avril (cf. notre article). Désigné un temps comme favori pour reprendre les rênes tenues d’une main ferme par Serge Tchuruk, Philippe Germond est parti à la suite de l’intention du conseil d’administration du groupe de demander à l’assemblée générale des actionnaires de prolonger de deux ans les fonctions du président, jusqu’à 70 ans. Une décision que l’ex-numéro deux a ressenti comme un désaveu. Commentaires et réactions

Mike Quigley est un pur cadre international, non américain. Né au Royaume-Uni, il a suivi sa famille qui a émigré en Australie alors qu’il avait 12 ans. Il a la double nationalité, britannique et australienne. Bien du chemin aura été parcouru depuis le temps où Pierre Suard insistait sur la dimension européenne du groupe en installant le siège social en… Hollande, et en obligeant les journalistes à convertir chiffre d’affaires et résultat de florins en francs français… C’était bien avant l’euro. Le ‘top-management’ est longtemps resté franco-français, très ancré dans les instances nationales du patronat français. Jusqu’aux succès du groupe remportés à l’international. Ils ne sont pas pour rien dans cette nomination… A commencer par les Etats-Unis où la partie a été difficile -après une mise en jambe délicate en Allemagne au début des années 90. La nomination d’un cadre d’envergure internationale devrait rassurer les milieux financiers. D’autant qu’il est issu du sérail. ( A suivre )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur