Alcatel, Ericsson tendent vers les bénéfices et la croissance

Cloud

Les deux équipementies télécoms annoncent un résultat d’exploitation positif -et ce malgré de ventes en repli. Mais les investisseurs restent dubitatifs (cf. la Bourse)

La fin du tunnel se confirme pour les équipementiers télécoms.

Le français Alcatel voit son résultat brut d’exploitation, déjà redevenu positif à 21 millions d’euros au deuxième trimestre, ressortir avec des bénéfices de 160 millions d’euros pour le troisième (contre -227 millions un an plus tôt). La perte nette sur le trimestre s’établit à -175 millions d’euros (contre -1,210 milliard l’an passé, même période). Cela malgré un chiffre d’affaires en baisse: il a fléchi de 13% sur un an, à 3.039 millions (-6% à taux de change constant) et s’est inscrit 3,5% en dessous de son niveau du deuxième trimestre. “Les résultats du troisième trimestre confirment les indications encourageantes de notre retour à la profitabilité. La poursuite de la réduction des coûts et l’amélioration continue de la marge brute nous ont permis d’atteindre plus tôt que prévu le point mort trimestriel de 3 milliards d’euros de ventes”, explique le p-dg, Serge Tchuruk, dans un communiqué. Les trois grands segments d’Alcatel ont sensiblement amélioré leurs performances opérationnelles : –les communications fixes, qui avait retrouvé l’équilibre au deuxième trimestre, ont dégagé un bénéfice opérationnel de 66 millions d’euros. -le résultat opérationnel des télécommunications mobiles progresse de plus de 50% en séquentiel, passant de 50 millions d’euros au deuxième trimestre à 79 millions au troisième. -enfin, le résultat d’exploitation du pôle communications privées progresse de 35 à 55 millions d’euros. Ericsson en progrès Ce retour à la rentabilité opérationnelle pour Alcatel confirme que les équipementiers télécoms ont retrouvé le chemin de la croissance. En effet, l’autre grand acteur de ce secteur, Ericsson, a lui aussi renoué avec les bénéfices. Après près de trois années de pertes, le groupe suédois a annoncé avoir retrouvé des bénéfices au troisième trimestre. Grâce à une politique stricte en matière de réduction des coûts (la moitié des effectifs a été licenciée), le groupe enregistre un résultat opérationnel positif de 1,3 milliard de couronnes suédoises contre une perte de 3,2 milliards un an plus tôt. Ericsson dépasse ainsi les anticipations des analystes du secteur. Comme pour Alcatel, le suédois a réduit sa perte nette (3,9 milliards de couronnes contre 5 milliards il y a un an) malgré un chiffre d’affaires en repli. Ce dernier baisse de 16% par rapport à la même période un an plus tôt. Le groupe explique qu’il a subi l’impact négatif des fluctuations de change à hauteur de 9%. Néanmoins, l’entreprise indique que les commandes enregistrées à l’issue du troisième trimestre ont progressé de 37%, à 28,1 milliards de couronnes. Conclusion, Ericsson anticipe pour le quatrième trimestre de cette année une nette croissance de ses ventes par rapport au précédent.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur